Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Airbus veut dans les prochaines années avoir recours à des robots et non à des humains pour effectuer un certain nombre de tâches dans ses appareils. A cette fin, le géant de l’aéronautique vient de signer un partenariat avec le Joint Robotics Laboratory (JRL) afin de développer la technologie de ces robots manufacturiers.


Airbus et JRL s'associent pour créer des robots humanoïdes manufacturiers
JRL va apporter son expertise robotique à Airbus

Le Joint Robotics Laboratory dans la production de technologie pour fabriquer ou améliorer des robots. C’est exactement la nature de ce partenariat de quatre ans avec Airbus Group. Les chercheurs de ces des entités vont travailler ensemble afin de produire de robots d’un nouveau genre capables de travailler dans les scènes d’assemblage de l’industrie aéronautique. Ce programme de recherche se veut comme un pionnier alors que les robots viennent seulement d’être introduits dans les autres industries comme celle de l’automobile et sont encore loin de l’être dans l’aéronautique dû à la difficulté de manœuvre et de déplacement que des robots devraient avoir dans ce milieu particulier. Pour la réussite de ce projet, la nouvelle génération de robots doit dépasser l’actuelle en intelligence et en compétence. Le Joint Robotics Laboratory a déjà eu à apprendre à des robots d’autres fonctions que celles de base qu’ils avaient dans le cadre du projet européen RoboHow. Il s’agira de rééditer cette performance à un degré plus élevé.
 

Créer une nouvelle génération de robot manufacturier

Le Joint Robotics Laboratory doit travailler à partir des modèles de robots HRP-2 et HRP-4 pour développer des nouvelles technologies de locomotion dites multi-contacts. Ces robots humanoïdes pourront donc se déplacer facilement en utilisant les mains, les coudes ou les genoux. Ainsi, le robot pourra parfaitement gérer son équilibre et être opérationnel dans n’importe quelle configuration au sein de l’avion. Mais plus encore, il pourra être intégré à ce robot les fonctions de planification et de contrôle qui seront essentiels dans l’industrie de l’aéronautique. Le robot saura alors comment utiliser les compétences qu’on lui a intégrées. Il saura par exemple s’il doit se courber ou s’agenouiller ou faire un autre type d’action si un obstacle se présente à lui. Les missions qui seront confiées à ce robot seront l’aide à la vérification d’un système, le nettoyage de poussières métalliques sur une surface ou encore le serrage d’écrous…
 

Des associés de l’homme pour l’avenir

Le programme de recherche qui lie Airbus group au Joint Robotics Laboratory au bout desquels il sera développé des algorithmes puissants et des calculs capables de permettre la réalisation des objectifs d’Airbus group tout en garantissant aux robots une efficacité réelle. La chose la plus imminente est surtout de dresser les insuffisances des robots actuels afin de les améliorer. Par contre, la prochaine génération de robots humanoïdes est censée voir le jour dans 10 voire 15 ans. A terme, ils pourraient servir dans les divisions hélicoptères et aérospatiales d’Airbus group mais plus encore, dans des chantiers navals et ferroviaires, le but étant de créer un robot humanoïde manufacturier de grandes structures. Ce dernier n’est pas chargé de remplacer l’homme mais plutôt de le seconder afin de prendre en charge les travaux extrêmement pénibles de celui-ci afin qu’il se consacre sur un travail à plus forte valeur ajoutée.