Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

General Motors a laissé entendre lundi qu’il avait procédé à la livraison, au second trimestre de quelque 22.000 voitures. Un chiffre nettement inférieur aux 23.655 véhicules auxquels s’attendaient les experts. Cependant, l’information a déclenché une vague de réactions de la part des marchés financiers d’autant plus qu’elle coïncide avec le démarrage de la production dès ce vendredi du « Model3 » de son concurrent Telsa. Avec la mise en vente de cette voiture moyenne gamme chiffrée à 35.000 dollars, le groupe Telsa est parti pour séduire un maximum de clients et pourquoi pas s’imposer comme un distributeur populaire. En tout les premiers modèles sont attendus fin juillet, le 28 plus précisément. Un tel challenge ne semble pas séduire un certain nombre d’observateurs et analystes qui émettent des réserves par rapport au respect du calendrier de production ainsi que de la date buttoir de livraison de ce nouveau modèle par Telsa, compte tenu de la forte demande.


Automobile : General Motors relègue Telsa, au second rang et retrouve son trône en Bourse
Telsa recalé à l’examen de sécurité 

Avec la forte demande dont font objet ces deux modèles phares à savoir le « Model S » et le « Model X », la banque Goldman Sachs, tenant compte des marges réduites du groupe prophétise une baisse probable du titre boursier de la Telsa qui quitterait du coup 308 dollars, son niveau actuel, pour se retrouver à 180 dollars dans les prochains six mois à venir. Une prédiction qui semble être de contraste avec l’action des concurrents qui ne cessent d’innover pour mieux s’imposer dans le secteur, à l’image de Volvo qui a informé mercredi qu’il stoppait sa production de véhicules à moteurs thermiques afin de se concentrer sur les modèles hybrides ou électriques. 

Et comme si cela ne suffisait pas, Telsa
 a vu, jeudi, son « ModelS » être recalé au test de sécurité, coordonné par un organisme américain, dénommé Insurance Institute pour la sécurité autoroutière (IIHS). Sous l’égide des assureurs, cet organisme gère les test de sécurité sur les véhicules devant être mis en circulation, et leur verdict concernant le « Model S » de Telsa est sans appel, le véhicule est loin de convaincre au niveau sécuritaire mettant en compétition sa résistance testée sous cinq points dangereux dont le choc avec un arbre ou un poteau.

Une baisse des performances

Les défaillances techniques relevées au niveau du « Model S », ont éjecté Telsa de son fauteuil de leader. C’est une situation assez étrangère que traverserait le spécialiste des voitures hybrides, qui n’a pas vu son « ModelS » décrocher une note supérieure au premier test réalisé par l’IIHS, le disqualifiant par voie de conséquence. Selon les rapports du test, la défaillance du Model S majeure se logerait au niveau de la conception de la ceinture de sécurité qui ne parvenait pas à retenir assez fermement le buste du mannequin utilisé pour le test, dont la tête venait à chaque fois percuter de manière violente le volent en dépit de l’airbag.

Des conclusions qui sont loin de convaincre Telsa, qui n’a pas tardé à réagir par le biais de son porte-parole qui a confié à l’AFP que des tests réalisés par l’agence fédérale de la sécurité routière (NHTSA) auraient prouvé que les risques de blessures associés aux « ModelX » et « Model S » de Telsa étaient les plus faibles jamais enregistrés faisant d’elles, les bolides qui garantissent le plus de sécurité de toute l’histoire de l’automobile.

Cité dans cet article: : Automobile General Motors Tesla