Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

L’allemand Bayer vient de dévoiler le montant pour l’achat de leader des semences dans le monde. En réalité, le groupe allemand désire créer avec cette fusion de Monsanto un géant dans le domaine de l’agrochimie. Cependant, la réalisation de l’opération est loin d’être aussi simple.


Bayer met près de 62 milliards sur la table pour se procurer Monsanto
Bayer propose enfin un montant pour Monsanto

En dépit de toutes les rumeurs et spéculations, le groupe chimie-pharmacie allemand Bayern révèle finalement qu’il allait mettre un montant de 62 milliards de dollars sur la table pour le rachat de Monsanto le spécialiste américain des OGM et des semences. Le groupe américain avait révélé qu’il avait été sollicité par le groupe allemand et des négociations étaient entamées sans qu’aucune des deux parties ne dévoile un montant. En effet, le groupe allemand décide d’acheter la totalité des actions de la société au tarif de 122 dollars par action. En effet, ce prix met à la disposition des actionnaires une prime de l’ordre de 37% comparé à la valeur de l’action de l’entreprise le 9 mai. C’est sans doute la plus grosse opération de l’année.

Toutefois, lors des rumeurs de fusions, le cours de Monsanto en bourse a connu une hausse considérable. Cela favorise sans doute une hausse du prix du rachat de la société. Ainsi, le groupe allemand se trouve dans une situation un peu complexe dans le  processus de négociation. Face à cette situation des actionnaires comme le fonds allemand Union Investment et le fonds Henderson Global deviennent très réticents par rapport à l’opération de fusion. D’autre part depuis son intention de fusionner avec Monsanto, le groupe allemand a vu son titre chuter pour arriver à son niveau le plus bas depuis le mois d’octobre 2013. Cependant, une fusion de ce type donnera un géant dans le domaine des engrais et des pesticides.


 
 

Un contrat qui change tout

Ce secteur connait quelques gris changements après l’annonce de la fusion de Dupont et des Américains Dow Chemical, le rachat par le chinois ChemChina de Syngenta, une entreprise suisse longtemps convoitée aussi par Monsanto. Cet échec positionne le groupe américain dans une situation un peu désastreuse. L’américain enregistre alors un recul sur les achats des agriculteurs dans le monde et un ralentissement sur les nouvelles activités. Pour faire face à cette situation, le groupe américain prévoit une restructuration avec une suppression de près de 3600 emplois d’ici 2018 et une baisse des actifs et l’arrêt de nombreux sites à travers le monde.

Par ailleurs, la fusion des deux groupes promet un avenir meilleur pour l’agriculture comme le note Werner Baumann, patron de Bayer. Avec cette opération, ce dernier prévoit d’atteindre 1,5 milliard d’économies sur trois ans et une augmentation de son gain par action de 5% environ pour la première année et au minimum 10% pour les années suivantes. Pour l’instant, même si l’offre est acceptée, l’opération doit passer par une validation des autorités européennes et américaines chargées de surveiller la concurrence. Ces derniers ont par contre montré une certaine inquiétude par rapport à la fusion entre géants de divers secteurs. La configuration du secteur de l’agrobusiness peut renforcer l’attention des autorités des deux parties pour la validation de cette opération.