Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Apple possède une chaîne de production unique en son genre, cette dernière étant à l'initiative de Tim Cook, qui la gère depuis sa création. Avec une main mise sur les supply chains de chaque intervenant, la marque à la pomme réussit à contrôler ses approvisionnements et à s'offrir des marges largement supérieures à celles de ses concurrents.


C'est la chaîne de production d'Apple garantit le succès de ses produits!
Apple se donne les moyens de l'exclusivité

Apple demande toujours aux sous-traitants qui fabriquent les composants de ses produits, un accord d'exclusivité. En échange, Apple donne la garantie d'acheter l'intégralité de leurs produits, et n'hésite pas à débourser des sommes faramineuses pour obtenir cette exclusivité. Un coût qui ne rebute pas l'enseigne, qui, forte de ses 80 milliards de dollars en banque, a même décidé d'augmenter son budget à l'investissement pour 2012. C'est donc une enveloppe de 7,1 milliards de dollars supplémentaires, destinée au paiement des fournisseurs et une autre de 2,4 milliards de dollars, réservée au prépaiement des composants clefs, qui seront mises sur la table pour financer cette exclusivité. Une tactique que le groupe utilise depuis fort longtemps, qui, une fois l'exclusivité obtenue, consiste à négocier une réduction relative aux volumes commandés. Apple table donc sur une économie différée, qui se traduira sur le long terme par des économies d'échelle.

Un contrôle drastique de toute la chaîne de production

Pour les fournisseurs, travailler avec Apple est loin d'être reposant. La compagnie contrôle en effet toutes les pièces produites, et en contrepartie du confortable chiffre d'affaires qu'il fait réaliser à ses fournisseurs, ces derniers doivent souvent accepter de faire d’énormes concessions. Par exemple, Apple demande à ce qu'on le tienne au courant de l'affectation des divers postes budgétaires, les fournisseurs devant ainsi lui présenter la répartition du chiffre d'affaires réalisé (main d'œuvre, investissement, matériel) et dans certains cas, ils sont même tenus de lui indiquer le montant des bénéfices. Sans compter que les exigences en matière de sécurité imposées aux fabricants, la confidentialité étant de mise lorsque l'on travaille pour la marque à la pomme, sont des plus contraignantes. De la simple caméra de surveillance aux colis anonymes, rien n'échappe à l'œil d'Apple.

L'exclusivité au détriment des concurrents

Il va de soi que cette exclusivité se fait au détriment de la concurrence. Apple veillant toujours à ce que ses fournisseurs soient les meilleurs du marché, ces derniers sont également sollicités par les firmes concurrentes, mais la porte reste fermée. En effet, Apple, même s'il n'a pas l'exclusivité, achète des volumes tels qu'ils couvrent la capacité de production maximum des fournisseurs. Ainsi, la concurrence peut faire une croix sur ceux qui travaillent pour cette marque. Tant et si bien que les exemples passés montrent que la stratégie d'Apple est bel et bien efficace, car elle met à mal la concurrence, qui n'a nul endroit où se fournir, et reste dans l'attente de nouveaux cycles de production. Par exemple, lors de la conception de l'iPhone 4, Apple a acheté tous les écrans Retina disponibles, ce qui a mis HTC dans une situation embarrassante, ses smartphones fonctionnant avec ces mêmes écrans. Autre exemple, Steve Jobs a une fois payé 50 millions de dollars pour s'assurer que ses composants soient livrés en majorité par avion. Du coup, Compaq a dû se contenter d'une livraison par bateau ! À la clé, Apple reste toujours en avance sur ses concurrents.

Cité dans cet article: : Apple efficience production supply chain