Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Ecrans plats, bornes WiFi, billets de banques, ordinateurs, smartphones, GPS... Les objets qui peuplent notre quotidien sont truffés de hautes technologies, toutes aussi discrètes qu’efficaces, et la plupart du temps insoupçonnées.


Ces hautes technologies invisibles qui nous entourent
Ecrans plats et connectique
 
Qui se souvient que nos téléviseurs, il y a peu de temps encombraient nos salons avec leurs tubes cathodiques ? Inventés en 1897 par un physicien allemand et commercialisés dès 1922, il faudra attendre les années 2000, et l’arrivée des écrans Plasma ou Lcd pour voir cette invention reléguée au rang d’antiquité. Ces objets du quotidien - en 2008, en France, on comptait 728 postes pour 1000 habitants - ont connu une évolution technologique fulgurante. Avec l’arrivée du numérique et des réseaux de diffusion comme l’ADSL, ou la fibre optique, les télévisions se transforment en véritables centrales multimédias.
 
Sans oublier les améliorations de la qualité des images avec les normes Full HD et 3D. Des progrès qui semblent sans fin puisqu’aujourd’hui des constructeurs comme Sony et Panasonic annoncent un accord de co-développement de dalles d'écrans de nouvelle génération, dits organiques électroluminescents (Oled ou Oel), pour téléviseurs et moniteurs de grandes dimensions. Panasonic a même nommé un jeune PDG, Kazuhiro Tsuga pour développer ces écrans du futur. Dans le quotidien 20 Minutes, Guillaume Villecroze, directeur marketing chez Sharp, indique également : « Nous surfons sur cette nouvelle vague, avec des téléviseurs de 60, 70 et 80 pouces ; 152, 177 et 203 cm de diagonale d’écran ». Une tendance formalisée par le partenariat avec le taïwanais Hon Hai, la maison mère du puissant Foxconn, qui a racheté 10% du capital de Sharp. Selon Les Echos, « Terry Gou, le PDG de Hon Hai, avait justifié son investissement dans Sharp par son avance technologique en matière de dalles LCD. Il avait indiqué que les nouveaux appareils, équipés notamment de Windows 8, allaient demander des écrans de très haute définition particulièrement fins et légers. »
 
La technologie Oled permet aussi de produire des écrans ultra-fins de quelques millimètres d’épaisseur dont les images seront en Ultra Haute Définition mais, pour l’instant, ils sont plus chers à produire que les écrans à cristaux liquides. Sur certains modèles de téléviseur il est déjà possible de surfer sur Internet, de se connecter directement à Twitter, Facebook, et d’autres réseaux sociaux et dans un futur proche, ce sera la norme pour tous les écrans. Des téléviseurs intelligents, interactifs, à écran tactile, qui nous permettront de composer nos programmes et qui obéiront peut-être à la voix comme on l’annonce pour les futurs téléviseurs Apple.
 
 
Le WiFi relie les hommes
 
Aussi impalpable que l’air qu’on respire, le Wifi est maintenant un élément essentiel de notre environnement, de loisir ou professionnel. Ce réseau sans fil est devenu un outil de communication incontournable dont les points d’accès – Hotspots – gratuits ou payants, sont de plus en plus présents dans les bureaux, les lieux publics, les hôtels et les restaurants. A Paris, la municipalité et la région Ile-de-France, offrent le service haut-débit Paris Wifi dans la plupart des squares et jardins publics de la capitale. Dans le métro, SFR et la RATP ont conclu en juin 2012 un accord de partenariat pour le déploiement jusqu'en mars 2014 du WiFi dans le métro et le RER. Le nouveau PDG de SFR, Stéphane Roussel a été le plus rapide à répondre à la demande de la RATP "pour assurer la continuité du service à ses abonnés en sous-sol" et dans "les 170 plus grandes stations et gares". D’après lui le réseau sera couvert en totalité en 2015". Pierre Mongin, PDG de la RATP, a lui précisé que "le coût, très faible, de cet investissement présentait aussi l'avantage de pouvoir être mutualisé" entre tous les opérateurs.
 
Rappelons que le Wi-Fi permet de connecter facilement et gratuitement les smartphones, les ordinateurs à l’Internet grâce à la technologie de transmission haut-débit sans fil qui utilise les ondes radio. Son nom est l’abréviation commerciale de Wireless Fidelity. De façon plus technique, il s'agit de la dénomination de la norme IEEE 802.11 qui est le standard international décrivant les caractéristiques d'un réseau local sans fil (WLAN). La sécurisation de la transmission des données met en œuvre plusieurs techniques : Le WEP (Wired Equivalent Privacy)- une méthode de cryptage, l'adresse MAC qui est un identifiant unique donné à chaque carte réseau, et le WPA (Wi-Fi Protected Access) protocole de sécurisation du WiFi qui utilise des clés TKIP (Temporal Key Integrity Protocol) permettant d’authentifier chaque appareil relié au réseau. L’avantage du Wifi est donc de pouvoir se connecter en toute liberté partout.  Seul point noir pour cette technologie, le débat sur la nocivité des ondes sur le corps humain, mais les experts sont plutôt rassurants à ce sujet.
 
 
De la technologie plein les poches!
 
Autre objet du quotidien dont nous ne soupçonnons pas le degré de technicité: les billets de banque. Des billets qui eux aussi ont connu de grands bouleversements du fait de l’amélioration des modes de fabrication. Du papier-monnaie du banquier John Law en 1716 jusqu'à nos Euros, ultra-sécurisés, l’évolution s’est faite au gré de l’apparition des nouvelles techniques de reproduction. On est loin des plaques gravées à la main par des virtuoses de la pointe sèche. Les artistes sont toujours là mais leur outil principal est désormais l’ordinateur. La monnaie européenne est l’exemple parfait de cette modernité avec ses verrous de sécurité, toujours plus nombreux.
 
En France, c'est une société comme Oberthur Fiduciaire, troisième imprimeur mondial de billets de banque et de documents sécurisés, qui incarne le mieux cette alliance entre un savoir-faire artisanal séculaire, un design qui lui est propre, et  l'intégration de technologies de pointe dans le processus de conception et de réalisation des billets de banque. Oberthur Fiduciaire, entreprise créée en 1842, met en œuvre aujourd’hui des outils et des logiciels de création très avancés techniquement. Une combinaison de technologies, optiques, chimiques et magnétiques, assure en effet aux billets une protection maximum. En 2010, l'entreprise a investi dans de nouvelles machines d’impression, s'ajoutant à son arsenal industriel high tech et à la longue liste de ses moyens informatiques de conception. Oberthur Fiduciaire est également très dynamique en termes de dépôt de nouveaux brevets relatifs à la sécurité des billets de banque. L’une de ces sécurités, Jasper®, est déjà mondialement reconnue comme moyen de protection innovant et efficace dans la lutte anti-contrefaçon.
 
Et si les faussaires tentent de s’adapter, ils ont fort à faire avec les mesures prises pour contrecarrer leur travail. Le Central Bank Counterfeit Deterrence Group, (CBCDG) - Groupe de dissuasion de la contrefaçon des banques centrales-, a mis au point un système CDS, adopté par les fabricants de matériels de reprographie et de logiciels informatiques, qui bloque la machine lorsqu’on veut reproduire un vrai billet. Un message apparaît alors sur l’écran qui renvoie sur le site du CBCDG.
 
La haute technologie avec les progrès de la miniaturisation, la mise au point de matériaux innovants, est partout. Les nano-technologies et les nano-sciences qui apportent nombre de solutions industrielles vont elles aussi bouleverser notre quotidien, car elles sont ou seront présentes dans nombre de secteurs tels que l’alimentation, les médicaments, l’énergie, ou encore l’électronique. Jamais les technologies invisibles n’auront été aussi présentes dans nos vies.