Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

À l'aube d'une reprise espérée, l'innovation est plus que jamais un levier essentiel pour les entreprises. Leur permettant de se distinguer de la concurrence, et donc d'étendre leur champ d'action et leur profit, l'innovation ne doit pas manquer d'être appuyée par des brevets


Comment bien rentabiliser ses brevets ?
Protéger ses innovations

Contexte hyper concurrentiel oblige, la protection des propriétés industrielles est devenue un enjeu majeur dans la stratégie d'entreprise. Les brevets permettent en effet d'avoir une longueur d'avance face à ses concurrents et de protéger son savoir-faire. Sans brevet, la concurrence reproduit, copie, et contrefait aussitôt qu'un nouveau produit apparait sur le marché, de quoi freiner les ardeurs de l'innovation. Or, si les efforts en R&D sont indispensables pour se différencier, il convient de ne pas investir massivement sans envisager de protéger ses propriétés industrielles. Ainsi, le dépôt de brevet, bien que représentant un budget conséquent, doit faire partie intégrante de la stratégie de développement et d'innovation des entreprises. Un actif immatériel qui permet de se prémunir des contrefaçons, mais aussi de générer des revenus dans le cas de cessions de licence d'exploitations.

Les brevets au niveau de l'Europe

En France, c'est à l'INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) que les entreprises doivent s'adresser pour déposer leurs brevets. Mais à l'heure où les entreprises sont de plus en plus mondialisées, ces dernières doivent pouvoir protéger leurs propriétés industrielles au-delà des frontières nationales. Et pour ce faire, il existe l’Office européen des brevets, l'OEB. Cependant, le dépôt de brevet au niveau européen reste très complexe et d'une lourdeur administrative qui en décourage plus d'un. Sans oublier que les pays où les entreprises peuvent déposer leur brevet sont sélectionnés par l'OEB. Autrement dit, la propriété industrielle ne peut faire valoir son droit sur tous les territoires européens. Fort heureusement, afin d'harmoniser la portée des brevets au niveau de l'Europe, le BUE, Brevet unitaire européen, devrait bientôt faire son apparition. En prémices de cette harmonisation, la Caisse des dépôts et consignations a créé en juin dernier, le fonds d'investissement France Brevet. Avec un capital de 100 millions d'euros, le fonds aura pour but de préparer les entreprises françaises aux évolutions qu'apportera le BUE.

France Brevets

L'arrivée de France Brevets entre dans les objectifs de la France en matière de soutien à l'innovation. Outre la simplification des démarches, le fonds d'investissement offrira des possibilités de valorisation importantes. Trop peu d'entreprises disposent d'une stratégie de brevets, et France Brevets, en tant qu'interlocuteur privilégié, saura leur apporter des solutions pour se protéger au mieux, et élargir leur champ d'action. Les PME sont les premières concernées par la mise en place de France Brevets, car comme le soulignait Éric Besson, ancien ministre de l'Industrie, de l'Énergie et de l'Économie numérique, les PME n'ont souvent pas le temps et encore moins l'argent pour valoriser leur brevet comme il se doit. France Brevets apporte ainsi une solution de valorisation des brevets auprès des entreprises françaises. Ces dernières sont de plus en plus nombreuses à déposer des brevets, et ont conscience de l'enjeu stratégique de la protection de leur innovation. Mais il faut encore les aider à les valoriser.

Cité dans cet article: : brevets stratégie valorisation