Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

L’actualité a montré encore un problème lié à un vaccin, contre le cancer de l’utérus, dont les effets secondaires sont dévastateurs. Les premières vagues de froid arrivent, avec leurs virus. Il semble recommandé de se faire vacciner contre la grippe. Est-ce vraiment bénéfique ?


Dangerosité ou bienfaisance du vaccin ?
Polémique qui permet de douter de tout

La jeune femme qui vient tout juste de devenir majeure a porté plainte contre la laboratoire qui commercialise le vaccin qui lui a été injecté par deux fois pour protéger contre le cancer du col de l’utérus.
Non seulement les effets secondaires seraient dévastateurs pour le système nerveux, mais encore plus fort : l’efficacité du vaccin pourrait sérieusement être remise en doute. Il s’agit d’accusations qui demanderont sans doute à être vérifiées par des experts mandatés. Toutefois, il semble important de se poser la question d’une vaccination : de son intérêt et des risques encourus.

Dès le plus jeune âge

Les enfants dans les pays développés ont l’obligation de se faire vacciner afin de pouvoir se rendre en collectivité, que ce soit à la crèche, en centre aéré ou à l’école. Les administrations de vaccins sont plus ou moins douloureuses pour les enfants. Alors, en toute bonne raison, les parents ont tendance à croire qu’il vaut mieux passer une mauvaise nuit en prévention d’une maladie rare qui pourrait emporter leur progéniture.
Or, la communauté scientifique commence à s’alarmer à propos des injections de vaccins et de leurs effets. Les substances inoculées contiennent dans la plupart des cas des agents toxiques. La santé à long terme pourrait donc être dégradée. L’enfant, lui, n’a pas son mot à dire, et les parents non plus, ne sachant pas dans la plupart des cas les effets secondaires encourus. Cependant, les effets à très court terme sont souvent indiqués, avec une prescription de paracétamol ou autre molécule pour faire tomber la fièvre et réduire la douleur.

Action humanitaire

Pourtant, l’action des vaccins semble incontestable notamment pour rallier les populations sur des causes graves. C’est ainsi que Pampers, le fabricant de couches culottes pour bébés,  a mis en place depuis quelques années un partenariat avec l’UNICEF (United NatIons ChildrEn’s Fund) qui a permis de financer plus de 200.000 vaccins anti-tétanos pour les enfants de pays en voie de développement.
Toujours est-il que le côté bénéfique est rentré dans les habitudes des parents pour accepter de faire vacciner leurs touts petits. En effet, le vaccin, même s’il peut présenter des effets secondaires plus ou moins gênants, a pour vocation de baisser le taux de mortalité sur une maladie ou un groupe de maladies bien précises. C’est ainsi que la variole a définitivement cessé d’exister dans les pays les plus développés.

Lobbies pharmaceutiques

Evidemment, le risque zéro n’existe pas et des faits divers malheureux peuvent arriver avec des vaccins plus ou moins sensibles. Cependant il ne serait pas impossible qu’un vaccin soit créé, sans efficacité certaine. C’est pourtant l’objet de certains lobbies très discrets auprès des donneurs d’ordres de la santé publique. Il n’est pas rare de voir tomber malade des personnes vaccinées contre la grippe. Cependant, chacun est libre de se faire vacciner. Certaines maladies ont aujourd’hui disparu grâce aux trouvailles de Pasteur et de ses successeurs, libre à chacun de juger. Tout est une histoire d’information des praticiens sur le risque encouru connu avant de se voir injecter un cocktail préventif.

Cité dans cet article: : efficacité industrie performance risque