Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Les besoins de communication via la toile explosent à vitesse exponentielle en étant multiplié par dix toutes les cinq années. L’effet cloud devrait encore faire varier à la hausse cette embellie. L’infrastructure est au rendez-vous avec une nouvelle fibre optique ultra-performante.


Fibre optique si nécessaire pour le cloud
Un nuage qui grossit

Les services sont de plus en plus nombreux avec l’explosion cloud : vidéo, vidéoconférence, stockage, … La dématérialisation des services est en marche. Qui aurait pu croire que n’importe quel individu connecté dans le monde pourrait avoir accès à des données s d’archives très précises, comme les registres de naissance. Outre la numérisation de documents, et le stockage, c’est l’accès à une information précise et fiable qui est sur le point de se démocratiser. Cette utilisation servira aussi bien secteur privé que secteur public. La modernisation de l’Etat est en marche. Déjà Cap Gemini s’est positionné comme un acteur de solutions qui a pour objectif de tirer le meilleur profit du cloud computing.

Une infrastructure au bord de la saturation en 2020

Tout cela est consommateur d’énergie informatique, avec un acheminement par des équipements eux, bien physiques…pour le moment. L’innovation des équipementiers de câbles réseaux est au cœur des préoccupations pour pallier un effet d’engorgement si rien n’est fait d’ici 2020.
Le fournisseur Alcatel-Lucent a communiqué à l’été 2013, sur la performance d’un nouveau produit fibre optique capable de délivrer un flux de données de 31 térabits par seconde sur 7200 kilomètres, soit de quoi raccorder les différentes plaques continentales entre-elles. Cette prouesse technique permet d’échanger plus de 150 éléments lumineux dans une fibre. Et pourtant la performance ne serait pas à la hauteur de la réponse attendue compte-tenu du de la demande prévisionnelle d’échanges de données en 2020.

Dépasser les limites

Alcatel-Lucent n’a pas du tout baissé les bras, puisqu’elle a su exploiter une nouvelle technologie découverte dans un laboratoire de recherche collaboratif, Kastler Brossel - , à Paris. L’invention a été valorisée dans une start-up, Cailabs.
La recherche fondamentale a mené le laboratoire de mécanique quantique vers des techniques de modes laser novatrices. Le principe reste simple puisqu’il permet de contrôler la forme de la lumière, donc de dissocier les différents modes.
Les applications fusent, des nouvelles fibres optiques, aux découpes laser de haute précision. La démarche complexe d’accès aux marchés est effectuale, en véritable boussole de l’entrepreneur innovateur. Et c’est grâce à cela que l’on peut dépasser les limites de la pensée intuitive, qui en raisonnement avec un objectif précis n’aurait pas permis à penser à de telles applications. Le nuage cloud devient tout à coup beaucoup plus clair et le temps se dégage à l’horizon 2020.

Fibre révolutionnaire

La fibre multimode permet à tous les modes lumineux de passer dans un unique cœur par superposition. La forme de la lumière est ainsi modifiée avant de la faire entrer dans la fibre grâce à des miroirs en escalier qui déphasent le faisceau. La technique inverse est utilisée à la sortie de la fibre pour séparer les modes. C’est un peu comme le principe d’un multiplexeur/démultiplexeur, mais dans le domaine de l’optique.