Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Depuis plusieurs années, les ‘filières qualité’ fleurissent en France. Une lumière dans la pénombre pour les consommateurs, entre garanties de provenance et d’une chaine de fabrication responsable de la conception jusqu’à l’utilisateur. Ces filières de qualités se généralisent dans les domaines les plus variés.


Filières qualité : la maîtrise de la chaîne de valeur en ligne de mire
La filière alimentaire est bien évidemment la plus sensible, les consommateurs français ont toujours, et plus qu’ailleurs, voulu savoir ce qu’il y avait dans leurs assiettes. C’est dorénavant beaucoup plus simple pour nombre d’entre eux.

Les produits de la pêche sont un exemple emblématique. Le Grenelle de l’environnement prévoyait l’écolabellisation des produits de la pêche « Les produits issus de la pêche durable peuvent bénéficier d’un écolabel. Les conditions auxquelles ils doivent répondre pour en bénéficier sont déterminées dans un référentiel dont les modalités d’élaboration et de contrôle de son application par des organismes accrédités sont fixées par décret » (1). Cet écolabel, facilement reconnaissable pour le consommateur se différencie des écolabels privés déjà existants. Non seulement il suit les différentes lignes directrices de la FAO sur la pêche responsable établie en 1995, ainsi que sur l’éco-étiquetage (2005), mais il est également garant de critères sociaux et économiques. La valorisation est une valorisation par la qualité qui respecte la définition du développement durable.

Quatre axes principaux ont ainsi été retenu: l’écosystème, l’environnement, le social et la qualité. Ces quatre thématiques s’ajoutent aux critères de traçabilité ainsi qu’une garantie de qualité du produit tout au long de la chaine de commercialisation. La commission en charge de l’écolabel, elle aussi, rassure. Composée de représentants de toutes les parties prenantes de la filière, du producteur au consommateur, elle se veut rapprocher les acteurs autour de cette garantie de qualité. 
 
Mais les produits alimentaires ne sont pas les seuls concernés par les filières qualité. Certains professionnels du domaine de la santé, tout aussi crucial, semblent s’efforcer d’offrir à leurs clients une claire visibilité de leur chaine de valeur. Un exemple intéressant est celui d’Optic 2000, numéro 1 de la santé visuelle en France, qui s’est engagé dans cette démarche dès 2011 avec la certification AFNOR. Il existe pour celle-ci six points de contrôle « déontologie et éthique ; accueil client : relation avec les partenaires santé et les prescripteurs ; prestation de services et suivi satisfaction du client ». Optic 2000 s’engage par l’intermédiaire de cette démarche à mesurer la qualité des conseils ou des prestations fournis en magasin, de valider que les produits proposés sont bien adaptés aux ordonnances et enfin ils s’inscrivent dans une démarche de confiance et de transparence avec les complémentaires de santé. A ce jour, 1236 magasins du Groupe Optic 2000 sont certifiés AFNOR et ils représentent 29 % des opticiens certifiés à travers la France. Mais Optic 2000 s’est engagé sur une méthode complémentaire pour s’assurer de la qualité des produits et du respect des pratiques : depuis 2014, il existe ainsi un Comité Filière Optique d’excellence réunissant opticiens, orthoptistes, ophtalmologistes et fabricants de montures et de verres, avec « pour but de faire progresser la filière dans sa qualité et son homogénéité », précise Yves Guénin, secrétaire général du groupe Optic 2000. (3)
 
Dans le domaine de la santé, la démarche semble désormais indispensable et même internet ne pourra jamais remplacer la consultation et le conseil personnalisés tout en garantissant une traçabilité sans faille.
 
Les enseignes de la grande distribution également se lancent dans cette démarche. Tout récemment, le 11 février 2015, Carrefour a présenté la nouvelle identité de ses filières d’approvisionnement notamment en produits frais de qualité. Cette filière s’appelle « Origine & Qualité » « On se demandait depuis des années comment expliquer le plus produit en rayon, explique le directeur exécutif de Carrefour Noël Prioux, le nom actuel est plus clair et les nouveaux emballages de ces produits frais comportent davantage d’informations ».
 
Carrefour apporte ainsi une plus claire visibilité sur ses filières de qualité « on a fait plus pédago pour permettre aux équipes de mieux parler des produits » poursuit N. Prioux. L’idée est la même savoir d’où vient le produit et l’idée du Made in France n’est pas loin non plus puisque ces 87 produits en question (majoritairement viandes, légumes et fromages) réalisent à eux seuls 15% des ventes de frais. Le tout provient d’environ 20 000 producteurs à travers la France. Là encore le cahier des charges est important mais la filière se veut d’excellence.
 
La filière compte aussi des sous-filières pour certains produits pour lesquels la qualité est affiché fièrement : « une filière œufs frais 100% plein air, 100% français et 100% tracés » ainsi qu’une filière miel de cru et d’origine certifié « Miel de Corse AOP » qui a aussi une vocation environnementale puisqu’elle participe à la préservation de la pollinisation de l’ile de beauté. Et la liste devrait s’agrandir dans les mois à venir avec la demande des consommateurs pour ce genre de démarches.
 
Dans les secteurs les plus variés, la tendance est bien la même : s’organiser en filière pour garantir la qualité des produits aux consommateurs, de la conception à la consommation en passant par une éventuelle transformation. Qualité : un nouveau mot d’ordre pas si incongru que cela à l’heure d’Internet et de ses dérives. (4)
 
 
(1) Article L. 644-15 du Code Rural et de la pêche maritime.
(2) Interview accordée à ENDERI, 24 Juillet 2014
(3) http://www.acuite.fr/actualite/profession/56078/une-filiere-optique-dexcellence-sorganise-et-sengage-pour-la-sante
(4) http://www.huffingtonpost.fr/2015/02/03/robe-mariee-internet-pas-une-bonne-idee_n_6592714.html