Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

La fin de certaines sanctions qui étaient jusqu’ici imposées à L’Iran, marque la reprise de plusieurs secteurs iraniens. L’accord signé entre Iran Air et l’américain Boeing il y a quelques semaines, c’est au tour d’Airbus d’emboiter le pas. C’est un total de 100 avions Airbus dont 16 A350 que le consortium européen de l’aviation livrera à la compagnie iranienne d’aviation. Cette nouvelle acquisition marque donc le redémarrage des relations commerciales entre ce pays l’occident.


L’Iran se procure un total de 100 Avions Airbus
Plusieurs modèles d’Airbus pour près de 10 milliards de dollars

Les livraisons qui débuteront dès cette année 2017 selon Airbus, comporteront un total de 100 appareils répartis très stratégiquement afin de prendre en compte plusieurs dessertes. Pour près de 10 milliards de dollars soit 9,6 milliards d’euros, Iran Air acquerra : 16 Airbus A350, la dernière sortie long-courrier de l’avionneur, 46 modèles court-courriers A320 et 38 long-courriers de la version A330. Des valeurs toutes confirmées par le PDG d’Iran Air et rendues publiques par Iran, l’agence de presse iranienne.

Toutefois, tous ces différents contrats restent attachés aux licences d’exportation octroyées par l’OFAC américain (Office of Foreign Assets Control), aux mois de septembre et novembre dernier. Ces suspensions de sanctions ne sont pas très bien perçues aussi bien en Iran qu’aux USA. En effet, les autorités conservatrices de Washington et de Téhéran se dressent contre le redémarrage de ses échanges commerciaux-là. La levée des sanctions n’est pas généralisée à tous les domaines iraniens, tant le pays doit encore obéir à certaines réglementations en matière du nucléaire. Rappelons toutefois que 80 appareils de l’avionneur américain Boeing ont déjà fait l’objet d’une acquisition par les iraniens.
 

Un contrat bien plus qu’historique

C’est ce que le Président Directeur Général (PDG) d’Air Bus, Fabrice Brégier a laissé entendre dans un communiqué de constructeur européen. « L’accord est bien plus qu’historique, car il ne se limite pas simplement à une livraison d’appareils visant à donner du sang neuf à la compagnie iranienne ». Plus loin, au PDG d’Airbus d’en donner quelques précisions : « ce contrat renferme plusieurs activités comme la formation des pilotes, le développement des activités liées au domaine aéroportuaire ainsi que le secteur du contrôle aérien ». Ce sont tous des plans qui constituent une étape très importante dans la nécessité de secteur iranien de l’aviation de se moderniser.

Les livraisons devraient de dérouler selon un planning bien établi. Sans en donner plus de détails précis, il est convenu que le tout premier appareil (A321) sera livré avant la date du 20 janvier prochain. Cette dernière marque le début des fonctions du nouveau président américain Donald Trump. Est-ce à dessein ou hasard de calendrier ? Les iraniens restent toutefois très attentifs au comportement du nouveau locataire de la Maison Blanche qui avait montré depuis toujours son opposition à cette levée de sanction. Selon certains analystes économiques, c’est un accord qui pourra permettre à Airbus de pouvoir souffler un peu financièrement. Pour cause, le constructeur pourra enfin livrer certains appareils dont les commandes ont été annulées notamment en américaine du Sud.
 

Cité dans cet article: : Airbus avions Iran