Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Selon étude du Cabinet d’analyse financière AlphaValue effectuée à la demande de Greenpeace, l’avenir du Groupe énergétique français ne serait pas très radieux. En cause, sa situation financière et son développement nucléaire qui poseraient quelques soucis. Nommée ‘’EDF asphyxiée par le nucléaire’’, ladite étude démontre que le Groupe aurait sous-évalué les couts nécessaires au démantèlement et aux traitements des déchets de ses centrales nucléaires tandis qu’il surestime la valeur de ses centrales électriques.


L’avenir d’EDF n’est pas très radieux selon Greenpeace
EDF serait en incapacité de supporter les frais de démantèlement

Comment, le Groupe français, serait-il capable de supporter les coûts de démantèlement de ses réacteurs nucléaires, ainsi que ceux liés aux traitements de ses déchets nucléaires que l’étude effectuée par le Cabinet AlphaValue situe entre 57,3 et 63,4 milliards d’euros pendant que ses fonds propres sont actuellement de 25 milliards d’euros ?

Le Cabinet dit se servir des données émanant de la Cour de comptes. Pour se plier aux nouvelles exigences en termes de transition énergétique, EDF devrait fermer au moins 17 réacteurs. Pour appuyer sa thèse, le Cabinet d’analyse y est allé jusqu’à comparer les données d’EDF, qui déjà sont différentes de celles de la Cour des comptes, à celles d’autres professionnels du domaine de l’énergie notamment en Allemagne.
 
EDF a toutefois réagit au résultat de cette étude rendu public ce jeudi. Pour le Groupe français, il faudrait émettre certaines réserves et prendre en considération les disparités qui existent entre les pays et qui pourraient expliquer ces différences en termes de chiffre calculés par les uns et les autres.
 

L’étude souhaiterait une révision à la baisse de la valeur de ses centrales

Suite aux changements survenus dans le domaine de l’énergie partout en Europe y compris en France, AlphaValue souhaiterait qu’EDF revoit à la baisse la valeur attribuée à ses centrales nucléaires et celles classiques (fioul, charbon, gaz etc.)

En effet, depuis le développement plus accru des énergies vertes, appuyé par des nouvelles lois qui motivent la transition énergétique et ordonne à la France de baisser sa dépendance au nucléaire, le tout accompagné des prévisions qui établissent une baisse de la demande de l’électricité dans un avenir proche, AlphaValue s’étonne qu’EDF accorde encore autant de valeur à son système de production devenu « obsolète ».

EDF affirme quant à lui que tout a été mis en place pour que l’évaluation soit conforme aux normes. Selon le Groupe, la valeur d’un actif est tablée sur sa durée de vie normale.
 

AlphaValue s’est aussi lancé dans le futur d’EDF

Le Cabinet d’analyse AlphaValue s’est également lancé dans l’horizon 2025 du Groupe énergétique français afin d’en ressortir quelques points positifs essentiels.

Le premier d’entre eux est celui qui concerne le projet Hinkey Point, l’entretien et le remise en état de son arsenal nucléaire en sol français, un vaste plan de développement des énergies vertes ainsi que son projet de rachat du secteur réacteurs d’Areva et bien d’autres encore, le tout pour un montant global de 160 milliards d’euros.

L’une des rares notes positives que le Cabinet octroie à EDF dans son rapport est l’augmentation d’ici à 2025 du prix de l’électricité qui résultera de la baisse de l’exploitation du nucléaire.
 

Cité dans cet article: : AlphaValue EDF Greenpeace