Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Si la R&D est devenue un puissant levier pour les entreprises, notamment pour sortir de la crise, plusieurs questions demeurent toutefois sans réponse. En effet, la majorité des dirigeants ne savent pas encore mesurer la performance des processus R&D, et bien que l'investissement soit à la hausse, il est difficile d'optimiser la création de valeurs en termes d'innovation, sans notions de productivité.


L'efficacité de la R&D en quelques points
Les nouveaux défis de la R&D

La grande majorité des entreprises ont désormais intégré l'intérêt d'investir en R&D pour sortir de la crise et distancer les concurrents. Or, le seul fait d'investir dans ce domaine ne suffit plus. En effet, cette prise de conscience générale amène désormais de nouveaux enjeux, notamment celui de la productivité de la R&D. Il ne s'agit plus d'investir pour innover, mais de mettre en place un pilotage de l'innovation pour créer plus vite que la concurrence, tout en optimisant les processus de recherche et en réduisant les coûts. Autrement dit, le souci de ROI se fait de plus en plus sentir, poussant les entreprises à revoir la fonction R&D. De la rationalisation des coûts à l'efficience des processus, les défis de la fonction R&D se sont multipliés et induisent une approche différente, pour qu'à budget restreint corresponde un processus de recherche et développement efficient.

Vers l’open innovation

D’après certaines études, il apparait que l'isolement de la fonction R&D demeure contreproductif. En effet, un fonctionnement en cercle fermé ne permet pas la confrontation d'idées opposées, pourtant essentielles dans l'émergence d'une innovation. De plus, en l'absence d'intervenants extérieurs, l'appréhension des besoins du marché reste limitée, ne permettant pas de prédire les axes d'évolution. Par conséquent, on en revient au problème d'efficacité des processus R&D. Ainsi, pour relever les défis de ce contexte économique difficile, tout en sachant où mène l'investissement en R&D, il convient de s'orienter vers l'open innovation. Sans pour autant s'engager dans une ouverture totale, qui rappelons-le, comporte des risques, les entreprises doivent mettre en place de nouvelles stratégies de pilotage des processus R&D. Et pour ce faire, l’attention doit être portée sur plusieurs points, notamment sur l'ouverture au capital intellectuel et sa valorisation.

Le capital innovation

Processus d'innovation efficace rime avec choc des idées, capital intellectuel et brevets. Aussi, pour que l'efficience des processus soit au rendez-vous, il faut avant tout établir des objectifs et un pilotage basé sur l'ouverture aux compétences et expériences extérieures. Les tableaux de bord qui en découleront en seront d'autant plus efficaces, car ils admettront une plus grande anticipation et une meilleure flexibilité. De là, il s'agira de savoir gérer ses ressources humaines, premiers facteurs de création de valeur par leur mixité et leur talent individuel. Ainsi, portefeuille de brevet et ressources humaines représentant un capital innovation, l'efficacité de la R&D prend forme dans une approche globale et ouverte. Tout le problème réside par la suite dans un pilotage et une gestion permettant concrètement l'ouverture. Développer une culture d'open innovation est donc la principale difficulté à surmonter. Une ouverture qui, malgré les risques que cela représente, doit être au cœur des stratégies, afin de mesurer l'efficacité et la rentabilité des processus R&D.