Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

La Chine est surtout connue pour la fabrication de vêtements, de jouets et de chaussures qu’elle exporte ensuite partout à travers le monde. Ces produits « made in china », dit-on, sont réputés à très bas prix et pas toujours de bonne qualité. Mais pour dépasser ces préjugés, elle fait ses preuves dans la technologique, notamment avec son supercalculateur pétaflopique. Et pour afficher encore plus son ingéniosité, la Chine développe désormais localement ses microprocesseurs, le cœur de ces monstres de calcul.


La Chine développe désormais localement ses microprocesseurs
« Shen Wei 1600 » : un microprocesseur 100 % chinois

De nombreux ingénieurs en technologie ont récemment inauguré au Centre de calcul chinois de Jinan le fruit de tout un travail : le supercalculateur. La « Divinité bleue » comme on l’appelle, affiche une puissance sans égal, ce qui la propulse parmi les 13 premiers ordinateurs les plus herculéens du monde, notamment grâce à sa puissance crête de 1,07 pétaflops. Et les Chinois ne se sont pas contentés de cette réussite, car ils ont créé le tout premier microprocesseur « made in china » au Centre national de conception de circuits intégrés à hautes performances de Shanghai. Cette innovation a été développée en 8 704 exemplaires pour servir d’équipement au supercalculateur. Nommé « Shen Wei 1600 », ce microprocesseur fait la fierté de tous les ingénieurs puisqu’il est doublement plus robuste que le processeur Opteron à six cœurs d’AMD.

Mais pourquoi une telle innovation

Tout simplement parce que la Chine veut affirmer son indépendance sur ce secteur stratégique, et se placer aux côtés des géants du domaine du calcul intensif dans le monde, à savoir le Japon et les États-Unis. Et les Chinois ont de quoi se hisser parmi les meilleurs grâce à ces microprocesseurs et ce supercalculateur récemment développés. La course technologique aux microprocesseurs est donc lancée, et si la Chine continue sur cette dynamique, les très connus AMD et Intel auront bientôt du souci à se faire, même si leurs microprocesseurs sont aujourd'hui encore, pour la grande majorité, le cœur des supercalculateurs. Mais il faut prévoir que la Chine réserve encore bien des surprises en matière d’innovation.

« Longxin IIE », un processeur chinois pour CPU

Après « Shen Wei 1600 », la Chine se lance maintenant dans la fabrication, en local également du  « Longxin IIE », un processeur de 64-bit pour CPU (unités centrales de traitement). La course technologique s’accélère donc entre la Chine, AMD et Intel, et le géant de l’Est affirme de plus en plus son indépendance et sa volonté de contrôler ses propriétés intellectuelles dans ce domaine. Selon le Directeur de l'Institut de Technologie informatique de l’Académie chinoise des Sciences (CAS), le « Longxin IIE » consomme trois à huit watts seulement, et propose 47 millions de transistors. Sa vitesse maximale, quant à elle, peut atteindre 4 milliards de calculs/seconde avec 1,0 gigahertz de fréquence maximum et une capacité de calcul doublement plus rapide par rapport à sa version précédente. Avec toutes ces capacités, le fruit de cette technologie chinoise égale le processeur Pentium 4 d’Intel. Il y a donc fort à parier que la Chine rattrape son retard technologique plus vite que prévu.

Cité dans cet article: : chine CPU processeurs production r&d