Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Voilà plus de 100 ans que la soufflerie Eiffel existe, et loin d'être un musée, le laboratoire qu'elle abrite est resté à la pointe de notre époque.


La belle aventure de la Soufflerie Eiffel
Le Laboratoire Aérodynamique Eiffel innove pour l’industrie aéronautique

Alors que la guerre de 14-18 fait rage, le Laboratoire Aérodynamique Eiffel se développe fortement, pour répondre à une demande importante en essais aérodynamiques. L'industrie aéronautique qui naissait alors, favorisée par la guerre, avait en effet besoin de faire des tests sur des hélices et des ailes d'avion. Et pour faire face aux besoins de cette industrie en pleine expansion, le laboratoire met au point une "grande balance", pour supporter les éléments à étudier, et évacuer le besoin d'utiliser des poids inférieurs à 10 grammes. Pour trouver l'équilibre, la balance était équipée de ressorts attachés au fléau, ce qui permettait de gagner un temps précieux durant les essais. La Balance Pendule fut également créée sur la même période, cette dernière apportant des précisions pour les mesures sur les corps de faible résistance. Gustave Eiffel invente aussi une lunette mesurant les déformations des éléments testés et les variations d'incidences. La guerre fut donc une période prospère pour le laboratoire.

Quand la soufflerie gagne en crédibilité

Toutes les innovations créées par le laboratoire durant la guerre n'ont pas manqué d'être validées par des tests sur maquettes et corrélées avec des tests sur un avion laboratoire, celui du Commandant Dorand. Ainsi, les premiers tests réalisés dans la soufflerie sur une maquette au 1/14,5, se sont révélés être en parfaite corrélation avec les tests en grandeur nature sur l'avion laboratoire. Il s’ensuivit un gain de crédibilité pour le laboratoire, qui commença à mener plusieurs essais d'ordre militaire. Que ce soit sur des corps fuselés, des éléments d'avion, ou encore des bombes, le laboratoire représentait alors une étape essentielle pour optimiser les constructions. Ce fut d'ailleurs lors des expérimentations que les effets de succion sur la face opposée du vent furent découverts. Une avancée notable pour l'architecture aéronautique, dont la conception pouvait désormais sortir d'une approche empirique.

Le laboratoire, depuis la guerre à aujourd'hui

Alors que Gustave Eiffel voyait les choses en grand pour son laboratoire, et entreprit de construire une autre soufflerie avec une veine d'air de quatre mètres de diamètre, la fin de la guerre vient mettre un terme à son projet. Ainsi, Gustave Eiffel fit don de son laboratoire en 1921 au Service Technique de l’Aéronautique, qui passa ensuite aux mains du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales. Puis en 1983, la soufflerie deviendra la Société Aérodynamique Eiffel, et l'ensemble du bâtiment sera classé à l'inventaire des monuments historiques. C'est seulement en 1997 que la soufflerie sera finalement et bel et bien classée comme monument historique. Ce qui ne fera pas non plus d'elle un musée. En effet, le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) racheta les locaux de la Société Aérodynamique Eiffel, et aujourd’hui encore, des tests en soufflerie ont lieu à proximité de la Porte d’Auteuil. D’autres outils de mesure devraient d’ailleurs bientôt venir compléter la soufflerie.