Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Une étude publiée en début d'année par Sodexo et réalisée par TNS Sofres sur les enjeux des PME et la qualité de vie au travail auprès de 801 dirigeants de PME en France montre que pour une très large majorité de dirigeants de PME le recrutement et la fidélisation des talents constituent un enjeu majeur de leur développement.


La qualité de vie au travail dans les PME
La qualité de vie au travail constitue une réponse efficace pour 80% des chefs d’entreprises interrogés par l'institut de sondage. Plus encore, pour 90% d’entre eux, les solutions favorisant la reconnaissance au travail ont un impact décisif sur leur réputation, leur performance et leur chiffre d’affaires. Cette dimension reste cependant sous-exploitée. La performance et le développement de leur entreprise sont une priorité évidente des dirigeants de PME. Cependant, cet objectif soulève de nombreuses difficultés dans la gestion des RH pour ces structures qui ne disposent pas des mêmes ressources que les grands groupes. Cette position pousse les PME à investir de nouvelles solutions. Parmi celles-ci, la qualité de vie au travail est un levier particulièrement efficace.
 
Interrogés sur leurs principaux défis, une majorité de dirigeants font part de grandes difficultés dans le recrutement (70%), dans la fidélisation des talents (64%) et dans la réduction de l’absentéisme (60%). Des enjeux RH qui impactent directement et concrètement leur performance au quotidien. Pour atteindre leurs objectifs de recrutement, ces chefs d’entreprises considèrent en effet que les grands groupes sont souvent mieux armés qu’eux pour attirer les meilleurs talents : 77% de l’échantillon ne se pense pas en mesure de concurrencer les grandes entreprises en matière d’avantages et de récompenses et 71% de l’échantillon ressent une difficulté similaire quand il s’agit d’aider leurs salariés à prendre soin de leur santé. Alors que le développement des PME est un formidable levier potentiel de croissance et d’emploi, les aider à surmonter ces difficultés est une réelle nécessité.
 
Interrogé par MyRHOnline, Abderrahman Lachkar, DRH à temps partagé de plusieurs PME iséroises et vice-président de l’ANDRH Isère explique : « Lors du recrutement d’un technico-commercial à Paris, la personne choisie avait pour motivation de porter un projet, le salaire n’a pas joué ». En proposant « une aventure humaine et économique », la PME qui recrutait a reçu de très bonnes candidatures de profils issus de grands groupes. « Une PME peut potentiellement proposer des visions industrielles à plus long terme, cela rassure et motive. Les collaborateurs ont le sentiment de participer à quelque chose d’utile et de ne pas être uniquement des exécutants », complète-il.