Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Pour ne pas être distancé dans le secteur des technologies de pointe de l’automobile, le partenariat Renault-Nissan a communiqué ce 20 septembre l’acquisition de l’entreprise Sylpheo. Cette dernière est connue dans le secteur de la mise au point de logiciels pour l’informatique appelée communément Cloud. Ce rachat dont le montant n’a pas été divulgué révèle par la même occasion le désir de Renault-Nissan de donner un autre souffle à ses projets de voitures connectées comme beaucoup de ses concurrents qui sortent déjà les premiers résultats pas encore satisfaisants. L’entreprise de Saint-Quentin avec ses 40 employés apportera à Renault-Nissan les moyens nécessaires pour s’ériger dans le cercle restreint des constructeurs de voitures autonomes.


La voiture autonome dans la ligne de mire de Renault-Nissan avec Sylpheo
Sylpheo, pour rester dans la course aux voitures autonomes

L’acquisition de Sylpheo par Renault-Nissan permettra à l’Alliance de  maîtriser la création de logiciels pour l’automobile. Comme l'a expliqué leur porte-parole Blanca Garcia, l’entreprise française veut se rattraper dans le secteur de la connectivité dans l’automobile. Il promet déjà que l’Alliance mettra sous peu dans le marché de nouvelles fonctions pour ses véhicules. Ainsi pour arriver à ses projets de développement de la voiture autonome la firme envisage d’augmenter le nombre de ses employés de 300 nouveaux experts au domaine.

Déjà l’Alliance peut se targuer de permettre à ses clients une certaine connectivité dans la conduite de leur voiture grâce au système "R-Link". Cependant, l’Alliance doit mieux faire si elle veut occuper les premiers rangs au niveau des constructeurs de voitures autonomes. En effet, beaucoup des grandes marques traditionnelles s’activent pour rassembler l’ingénierie nécessaire pour une production continue en voitures autonomes. C’est ainsi qu’aux États-Unis Ford s’approprie lentement les entreprises évoluant dans le secteur des voitures autonomes. Vous retrouvez cette même situation en Allemagne où déjà en 2015 leurs marques phares (Volkswagen, BMW) ont pu acquérir ensemble la filiale de Nokia HERE. Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a préféré nouer un partenariat de 2,5 milliards d’euros avec le géant de l’internet Google pour la livraison de 100 voitures.
 

Un domaine pas totalement maîtrisé

Toutes les mesures prises par les autres marques internationales concurrentes concernant la voiture autonome démontrent encore une fois que le constructeur français aura du chemin à faire s’il veut s’imposer dans ce secteur. Déjà, nous avons sur le marché des voitures haut de gamme outillées d’un tel système incarné comme l’allemand Premium, le suédois Volvo et l'américain Tesla. Cependant, même si ces marques sont dotées du meilleur système pour voiture autonome leur performance, mais surtout leurs degrés de sécurité relève de la configuration du réseau routier en place.

En effet, une route dangereuse ou accidentée n’est pas pour le moment adaptée à la voiture autonome où un risque d’accident est à  noter. Néanmoins ces remarques n’empêchent pas à l’Alliance de projeter la mise en circulation à l’horizon 2020 de 10 modèles de voitures autonomes. La même promesse est observée chez Peugeot Citroën, mais pour un avenir plus proche dans deux ans. Cette marque française avait déjà annoncé les couleurs en 2015 avec ses C4 Picasso.
 
 

Cité dans cet article: : Renault-Nissan Sylpheo voiture autonome