Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Effet d’annonce à l’occasion de l’ouverture à Paris du Mondial de l’automobile ou réelle volonté de promouvoir les véhicules propres, la prochaine mise en place d’un super bonus pour tout achat d’un véhicule électrique ou hybride n’est pas passée inaperçue.


La voiture électrique va faire des étincelles
Une mesure dont Capital dévoile le détail « Concrètement, le montant du nouveau bonus sera de 3.700 euros pour l’acquisition d’une voiture électrique (par exemple, une Renault Zoe ou une Tesla Model S). En y ajoutant l’ancien bonus 6.300 euros (qui lui est maintenu), la réduction accordée pourra ainsi atteindre 10.000 euros sur ce type de véhicule. De même, une prime supplémentaire de 2.500 euros viendra s'ajouter aux 4 000 euros déjà octroyés pour l’achat d’une voiture hybride rechargeable (par exemple, une Toyota Prius, une Opel Ampera). Soit une jolie ristourne de 6.500 euros au total ! » Des primes soumises cependant à quelques conditions pour les particuliers comme celle de mettre à la casse son véhicule diesel de plus de 13 ans ou d’habiter une zone urbaine qui développe un plan de protection de l’atmosphère.

Avec beaucoup de retard la France s’engage dans le soutien et le développement de ce secteur. Un marché qui a du mal à décoller dans notre pays, en raison du prix des véhicules, des erreurs des industriels qui, comme Renault concepteur de la Zoe avait oublié de la vendre avec le câble qui permettait aux particuliers de la recharger à leur domicile. Autre problème la rareté des bornes de recharge sur le territoire. Conscient de ce problème le gouvernement promet le déploiement du réseau avec 16 000 nouveaux points de charge mis en place par le groupe Bolloré, pionnier en la matière avec ses Autolib. Dans l’hexagone il faut cependant noter les bonnes performances du groupe Toyota, basé à Onnaing près de Valenciennes, dont le modèle hybride Yaris HDS bénéficie du « Label Origine France Garantie » et figure largement en tête des ventes de véhicules à faibles émissions.

Lors de sa visite au salon de l’automobile, François Hollande président de la république a déclaré que à l’avenir « La France sera un des piliers, un des modèles du véhicule à faible consommation et du véhicule électrique ». Une ambition qui permettra peut-être aux constructeurs français, Renault, Peugeot, Citroën, qui longtemps n’ont pas investis dans la conception de ce type de véhicules, de faire un effort et qui sait d’innover dans ce domaine.