Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Selon certains calculs, cette opération de fusion entre les deux sociétés pourrait les propulser à la deuxième place mondiale dans le secteur de l’aéronautique. Cela fait un moment déjà que Safran espérer conclure l’opération et celle-ci est désormais faite grâce à son directeur général, Philippe Petitcolin.
L’entreprise annonce, ce jeudi 19 janvier, une nouvelle offre publique d’achat concernant Zodiac Aerospace. Le Figaro annonce la nouvelle le mercredi et parle d’une valorisation de la société française fabricante de sièges d’avion au montant de 8,3 milliards d’euros lorsque le montant de son capital boursier est chiffré à 6,7 milliards environ. En vue de donner leur aval, les actionnaires de Zodiac se sont réunis pour une assemblée générale.


Les intentions de fusion de Safran avec Zodiac Aerospace pour un leadership mondial
Un rebond pour safran

Cette fusion représente un avantage sérieux pour Safran qui lui permettra de devenir un leader dans l’aéronautique, aux côtés de Boeing et Airbus, avec un chiffre d’affaire évalué à 21 milliards d’euros, d’après les propos du dirigeant de Safran. La fusion achevée, le motoriste sera au même niveau avec ses concurrents principaux et partenaires américains, General Electric et United Technologies Corporation. De plus, il se propulsera, avec un niveau de profit établi à 10 milliards, à la seconde place rien qu’avec le domaine des équipements aéronautiques. Au départ, il est déjà un des premiers fournisseurs des avionneurs et maintenant, comptant plus de 92000 employés, sera de niveau équivalent à Boeing et Airbus.
 

Une opération tentée et ratée en 2010

Déjà en 2010, l’ancien directeur général de Safran, Jean-Paul Herteman, avait essayé une approche avec Zodiac mais il a reçu une réponse négative. Cependant, après 6 ans, Zodiac, dirigé par Olivier Zarrouati, se trouve dans une mauvaise situation avec une mauvaise maîtrise de sa politique de développement et finit par accumuler du retard dans sa production. Ce qui sème le doute parmi Airbus et Boeing, sa principale clientèle.

D’après Zarrouati, la société suivait un régime de forte décentralisation mais après deux années de difficultés, elle est revenue à plus de centralisation. Avec la réussite des ventes de Morpho rapportant plus de 2,4 milliards d’euros, Safran fait une offre cash pour le contrôle total sur l’ensemble du capital de Zodiac qui est en position difficile.
Le projet de fusion prévoit pour les actionnaires de référence, dont l’Etat et les familles Maréchal et Domanges, devront signer une  clause d’incessibilité pour deux ans et auront un taux de participation de 22% dans la nouvelle société dont M. Petitcolin sera le directeur principal et M. Zarrouati, le directeur général délégué.
 

La mise en confiance des partenaires

Pour M. Petitcolin, l’intgégration de Zodiac sera facile et accélérera la production de profits. Il argumente en présentant les qualités de professionnels apportées par les employés de Safran pour remettre à niveau les performances de Zodiac et donc rattraper les retards et revenir à un rythme de livraison plus régulier, rajoute M. Zarrouati.

M. Petitcolin affirme qu’aucun changement majeur ne sera fait avec la complémentarité dans les deux activités, ni de recoupements dans les effectifs des employés. Il rassure les partenaires Airbus et Boeing qui verront leur production reprendre un meilleur rythme. Avec plus de 10000 commandes pour son moteur Leap désigné pour les A320 et les B737, Safran explique qu’il n’y aura aucun transfert concernant les compétences ni de ponction de ses ressources pour remettre à niveau l’activité de Zodiac qui devrait être conservée dans son intégralité.
 

Cité dans cet article: : Fusion Safran Zodiac Aerospace