Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Pour son second semestre, Orange a vu son activité en France tournée au ralenti. En effet, la baisse accélérée de ses ventes a eu une influence sur les autres opérateurs. Toutefois, le groupe confirme ses objectifs.


Les investisseurs d’Orange inquiets du fait de la diminution de ses activités France
Une baisse accélérée des ventes en France

Avec la vente de l’opérateur britannique EE, Orange a vu son bénéfice net triplé lors de son premier trimestre. Cependant, avec la baisse accélérée de ses ventes en France, les investisseurs ont sonné l’alerte. En effet, le leader des opérateurs en France  a vu son bénéfice net semestriel aller de 188,3% à 3,17 milliards d’euros. La cause de cet accroissement découle de la cession d’EE.

Elle a permis à Orange de tirer 4,5 milliards d’euros de cette transaction, mais aussi de bénéficier de plus de 4% du capital de l’opérateur britannique. En plus, il a diminué son endettement net de 2 milliards, le ramenant ainsi à 24,46 milliards. Toutefois, le développement de cette activité n’est pas resté sur la même lancée. Pour cette année, il a décaissé un chiffre d’affaires de 20,08 milliards qui fait face au recul des ventes en France qui est passé de 1,2% à 9,39 milliards d’euros.
 

L’impact de la baisse d’Orange sur les autres opérateurs du secteur

Du fait de cette diminution, l’action du groupe a connu un recul de 3,34% à 13,87 euros. Ce qui a eu un impact sur les autres opérateurs. Toutefois, le marché parisien lui connait une légère augmentation de 0,22%. Pour le courtier Aurel BCG, il est clair que le chamboulement que connait le secteur des télécoms est dû à la baisse de près de 4% d’Orange, même si toutefois il y a des résultats en ligne. Il précise aussi que cette accélération de la baisse du chiffre d’affaires dans l’Hexagone n’avait pas été anticipée.
Les autres opérateurs ont aussi enregistré des pertes.

Il s’agit de SFR Group qui a connu un recul de 2,75% à 20,35 euros. Bouygues, lui passait de 2,40% à 26,48%. Le seul opérateur à connaitre un équilibre est Iliad, la maison mère de Free qui est restait à 175,95 euros (-0,03). Cependant, pour Stéphane Richard PDG d’Orange, les résultats obtenus lors du premier trimestre montrent un retour de la dynamique positive du groupe. Ce qui leur permet de réaffirmer leur objectif pour 2016.
 

Les objectifs du groupe confirmés

En dépit de la régression de son activité en France, le groupe a vu sa le nombre de ses clients s’accroitre sur le mobile. Il en est aussi de même pour le haut débit qui est de plus en plus utilisé. Ce qui lui a permis d’obtenir un revenu par abonné (ARPU) supérieur. Selon le directeur financier Ramon Fernandez, la diminution du chiffre d’affaires en France est due à des facteurs qui pèsent sur le premier trimestre.

En Afrique, au Moyen Orient et dans d’autres pays d’Europe, une augmentation a été notée sur les ventes du groupe. L’Espagne qui est le deuxième marché européen a enregistré aussi une progression pour ce qui est de ces ventes. De son côté, le SUD troisième syndicat chez Orange en France s’est référé à ses résultats pour condamner les économies réalisées en partie sur la réduction de personnel.
 
 
 

Cité dans cet article: : baisse d'activité Orange