Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

La politique de protection des données personnelles des populations européennes vient de franchir un nouveau pas. De nouvelles mesures de protection des données ont été adoptées ce Mardi à travers le «Privacy Shield» par la commission européenne. L’annonce a été faite par Vera Jourova, la commissaire européenne en charge du dossier et chargée des affaires juridiques. Littéralement traduit par «bouclier de protection des données personnelles» la «privacy shield» est un outil dont la réclamation s’est faite des mois durant par les européens. Une nouvelle qui redonnera confiance aux personnes qui émettent des doutes quant à la fiabilité des outils mises en place par l’Union Européenne pour protéger les données personnelles.


Nouvelles règles concernant la protection des données personnelles
Se protéger du renseignement américain et des réseaux sociaux

Les datas centers et les réseaux sur internet, conservent des milliers d’informations sur les individus. Même s’ils font figurer le respect des données des personnes et de leur vie privée, il n’en demeure pas moins que le doute est permis. C’est pourquoi, la commission européenne a adopté la privacy shield » afin de protéger les données des européens contre les renseignements américains. Ces données dont la gestion est extravertie vers les datas centers aux Etats-Unis feront l’objet d’une demande d’autorisation avant toute exploitation.

De leur côté, les américains rassurent quant à une plus grande limitation et contrôle dans l’accès à ces données. Cette mesure touche à la fois les personnes et les entreprises. Cet outil doit répondre à deux interrogations spécifiques liées entre autre à des enjeux sécurité et de lutte contre la criminalité galopante.  Le concept paraît séduire et faire emballer certaines entreprises comme le géant Microsoft, si toutefois elles répondent au questionnement s’y afférent. Dans tous les cas, en marge de cette adoption, une équipe autonome est chargé de mesurer l’impact de cet outil sur la politique européenne de protection et statuera sur la mise sur pied de celui-ci.
 

Entre promesses et suspicions

Le contrôle de l’information est une source non négligeable du pouvoir. Chaque Etat a le devoir d’assurer la protection à sa population. Avec le développement de l’internet ce devoir se déplace vers la protection des données des populations face à des sites qui accumulent des informations sur les citoyens. Cet outil nouveau permettra d’assure une plus grande protection des données des individus. Les données sensibles devront par exemple faire l’objet de compromis pour être consulter. Tout comme le précédent outil, le « Safe Harbor », « Privacy Shield fonctionne selon le principe de la conformité.

La non-conformité faisant l’objet de pénalités et de sanctions et la mise en conformité se voulant être volontaire et relevant des entreprises elles-mêmes.  Les sociétés qui auront besoin des informations des européens devront leur en montrer la pertinence et le besoin que cela représente. Au cas échéant, ces données sont conservées de façon indéfinie. Le fon du noir et suspicieux du tableau est le fait que le secrétaire générale qui sera chargé des vérifications sur les modalités d’utilisation des données personnelles des individus sera nommé par les Etats-Unis d’Amérique.