Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Les robots réfléchiraient à notre place pour notre plus grand confort. La dépossession des compétences humaines serait ainsi en action.


Optimiser son travail avec les robots
Des machines à toute épreuve

Nous faisons dans notre vie de tous les jours de plus en plus confiance aux machines. Ne pas consulter Facebook, internet ou la télévision, revient pour certains à s’empêcher de vivre. Il s’agit non seulement d’une addiction mais surtout d’une confiance (aveugle ?) mis à bon ou mauvais escient envers les machines de tous ordres : ordinateurs, consoles de jeux, tablettes, téléphones, télévision,…

Les algorithmes sont rois, snas le savoir pour décider à notre place. Ceci s’appelle en toute rigueur le robot. Ce dernier se substitue à l’activité humaine pour le plus grand plaisir de son serviteur.

Fabio Gramazio est architecte et il enseigne l'architecture et la fabrication numérique à Zurich et à Singapour… Et cette architecture est déterminante dans le pertinence des robots. Comme M. Gramazio le martèle, "Les architectes sont des acteurs culturels comme les autres qui doivent s’engager sur le terrain du dialogue avec les machines afin de ne pas être exclus des changements sociaux à venir et pour apprendre à construire des choses qu’ils ne pourraient pas concevoir autrement." Ceci indique de manière concrète qu’une relation affective doit se créer avec le robot machine. On en revient encore à la confiance.

Or, tout porte à croire qu’un robot aujourd’hui puisse se substituer aux tâches humaines. C’est ce que nous pouvons retrouver dans les actions industrielles à but économique : remplacer la main d’œuvre dans les pays où cette dernière est coûteuse par des robots industriels. M. Gramazio évoque différemment cette affirmation en indiquant que l’alliance homme machine selon les approches qui sont différentes peuvent conduire à des systèmes nouveaux et innovants du point de vue technique.

Moteurs de créativité

Selon Narkis Alon, cette jeune isréalienne qui est devenue coach en créativité, « l’homme doit se surpasser pour être créatif, et davantage que les robots ». En d’autres termes, il faut faire ne sorte que le robot ne dépasse pas l’homme, et de garder, comme dans les fondements de l’électronique, la relation ‘maître / esclave’. Néanmoins, il semble intéressant d’être challengé pour créer davantage, notamment du point de vue technique, qui dans un environnement social devient une innovation.

Donc, avoir des idées, c’est bien. Savoir les ordonner et les remettre en cause c’est mieux. Le robot peut avoir plusieurs usages, et ce n’est pas à lui de décider. Les utilisations du robot dans la modération et la remise en question restent tout à fait pertinentes. C’est sans doute un gain de temps dans le progrès technique. Encore faut-il maîtriser l’architecture de pensée de ses créations et de ses émotions. Ce n’est pas le robot qui pourra le faire ; en tous les cas, pas encore !

Cité dans cet article: : créativité efficacité performance Robot travail