Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

La Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP) souhaite équiper tous ses transports en électrique d’ici 2025. Una vitrine technique avec pour ambition l’internationalisation.


Pari sur le tout électrique à Paris
Un phénomène sociétal

Toute la population doit se sentir concernée à l’heure où la circulation alternée parisienne a permis de développer le covoiturage et de verbaliser en une journée quatre mille conducteurs qui roulaient avec une plaque paire un jour impair…et passe. Au-delà de la pollution due aux pots d’échappements, la pollution sonore reste un gros problème. Au téléphone dans les grandes avenues passantes, il est bien difficile de suivre une conversation sur son téléphone mobile. Nous passerons volontairement la pollution des ondes, qui reste un problème majeur en ville, selon Robin des Toits et son responsable Etienne Cendrier.

Passer à des déplacements avec un bruit de moteur sensiblement diminué va sans doute permettre de mieux communiquer dans la rue, sans pour autant viser un silence assourdissant.
Avec le tout électrique dans les transports en commun, Paris serait pionnière en la matière. Moins de pollution, plus de qualité de vie : c’est la recette proposée par Pierre Mongin, le PDG de la RATP qui ambitionne pour son Groupe les bus tout électriques.

Une vitrine internationale

Paris reste l’une des villes les plus visitées au monde. Alors, développer le bus touristique tout électrique fera sans nul doute boule de neige. Les touristes du Moyen Orient et d’Asie pourront rapporter dans leurs valises le souvenir des bus propres et discrets. Rien de tel pour pousser des pays demandeurs à prendre la RATP comme opérateur dans leurs pays.
C’est bien ce que compte effectuer la RATP dans son développement international : Amérique Latine et Moyen Orient font partie de ses cibles de développement prioritaires. RATP est déjà présente à Alger, Casablanca, Londes, Sao äolo, Shenyang via sa filiale RATP Dev. Et ce n’est qu’un début.

En se différenciant techniquement avec le tout électrique, RATP peut prendre des concessions de manière privilégiée. Avec la vitrine parisienne, le pilote serait en grandeur nature pour de grandes villes. Dans un futur proche, il n’existera du tout électrique que dans des villes de province plus petites et en exemples très limités.
Cette innovation de rupture en matière d’énergie pour le transport en commun reste toutefois à mettre vraiment en place dès lors que la puissance et la durabilité des batteries seront au rendez-vous. Ce n’est pas vraiment encore le cas pour de grands bus. C’est pourquoi le bus hybride serait la solution idéale aujourd’hui puisqu’elle est disponible sur étagère. Néanmoins, elle est moins avant-gardiste.
Le pari est donc risqué d’attendre 2025 pour le tout électrique. En attendant il faudra rouler à la betterave, à moins que l’hybride soit une solution à mettre en place en transition sur une quinzaine d’années.

Cité dans cet article: : bus Paris RATP électrique