Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Un accord portant sur l’achat de 80 nouveaux appareils destinés à remplacer son ancienne flotte d’avions vieillissants, tel est la clause du plus gros contrat signé entre Iran Air et Boeing après plus de 40 ans de partenariat. Étale sur une période de dix ans d’après le PDG de la Compagnie Nationale Iranienne, Farhad Parvaresh, ce contrat, le plus gros depuis la révolution islamique de 1979, prévoit une livraison de 50 Boeing 737 et de 30 Boeing 777 long-courriers.


Plus gros accord depuis 40 ans entre Boeing et Iran Air
Un contrat en dépit des sanctions

Le mot d’ordre des Etats-Unis avait été donné aux deux avionneurs Boeing et Airbus pour que des avions neufs soient livrés à l’Iran. Ce contrat entre les deux parties intervient dans un contexte même où les sanctions qui pèsent contre ce pays  sont en cours de renouvellement aux USA. La Chambre des représentants et le Sénat ont déjà voté pour une reconduction de certaines sanctions sur 10 ans, ne reste plus que l’approbation de Barack Obama à l’heure actuelle.

Pour une valeur totale de 16,6 milliards de dollars, ce contrat signé en présence du ministre iranien des transports Abbas Akhoundi, devrait permettre à des milliers d’américains de travailler directement dans la production des Boeing 777-300ER, et à près de 100.000 autres dans le domaine général de l’aéronautique a souligné la direction de l’avionneur américain.
 

Un besoin de modernisation

C’est pour obtenir un peu plus de 50.000 sièges supplémentaires dans sa flotte d’avions qu’Iran Air a signé ce géant accord avec Boeing. Un premier pas vers sa modernisation affirme son ministre de transport.  Un second contrat est actuellement en vue avec un autre avionneur cette fois-ci. Ce sera autour d’Airbus de conclure un accord avec Iran Air.

Le concurrent européen de Boeing devrait se voir confier par Iran Air la fourniture d’une centaine d’appareils dans les temps qui viennent. C’est pour parvenir à sa modernisation complète qui nécessitera un plus de 500 appareils dans les dix prochaines années selon l’Organisation Iranienne de l’Aviation Civile, que le pays accélère la signature de tous ces accords-là. Hormis les deux précédents avionneurs cités, 40 avions français ATR, 50 Embraer brésiliens et 20 autres appareils du japonais Mitsubishi auraient déjà été commandé selon les iraniens.
 

Des éclaircis après l’accord nucléaire

Téhéran était depuis toujours frappée de multiples sanctions internationales pour protester contre son programme nucléaire. Dès la conclusion d’un accord historique sur le nucléaire entre l’Iran et plusieurs grandes puissances parmi lesquelles les USA en 2015, Boeing et Airbus s’étaient empressés dans des négociations concernant le domaine de l’aviation. Ces sanctions américaines qui plombent le secteur financier iranien laissaient transparaître des éclaircis pour ces entreprises-là.

Ces sanctions américaines, en cours de renouvellement, ont induit une forme de mécontentement chez certains dirigeants iraniens. En tête desquels, Ali Khamenei le Guide suprême d’Iran. En juin dernier, il s’était déjà interrogé sur la nécessité de s’offrir des nouveaux avions alors que l’économie du pays est au ralenti et le chômage frappe de plein fouet.
 

Cité dans cet article: : achat avions aéronautique Boeing Iran Air