Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Les séries fictions mettent en avant les investigations policières scientifiques, comme « Les experts ». Cette fiction n’est pourtant pas si loin de la réalité. Des rebondissements judiciaires peuvent intervenir grâce à des techniques toujours plus pointues et irréfutables.


Police scientifique : plus aucun doute
Une science autour des sens

Il ne s’agit pas de magie, ni d’alchimie. La science est dorénavant au service des enquêtes judiciaires. Et tous les témoignages sont bons. Dans le jargon scientifique ou policier on énumère les traces et les indicateurs.
Non visible à l’œil nu, indolore, inodore, … Et pourtant. La technologie d’aujourd’hui permet d’exploiter tout ce qui se trouve parmi les cinq sens.
Une conversation téléphonique peut être disséquée et permettre d’identifier une voix sur une personne de manière formelle. Les prélèvements de poils, boues etc. etc… peuvent donner lieu à des reconnaissances. Les vidéosurveillances permettent aussi de pouvoir identifier des suspects. Les odeurs sont analysées avec des appareils spécialisés ultra sophistiqués afin de localiser un lieu ou d’associer des lieux entre eux. Toutes les techniques d’investigations sont rodées, et encore faut-il les appliquer sciemment et rigoureusement.

Des formations spécifiques

Pour répondre à cette police technique et scientifique qui existe dans trois structures publiques différentes et qui ne dépendent que d’un seul ministère (Ministère de l’Intérieur), les formations modernes se sont multipliées.
De nombreuses formations supérieures ont été mises en place tant de cadres que de techniciens pour bien exploiter l’avancée technique appliquée à la justice. Les chimistes, biochimistes, généticiens, mais aussi pédologues, infirmiers peuvent se spécialiser pour les investigations policières. Cela peut paraître curieux dans ce monde des policiers où rigueur et tact sont des qualités premières.

Des techniques phares

Les indices biologiques revêtent un caractère très important dans les enquêtes : le sang, les poils et les cheveux, la salive, le sperme. Tout y passe pour retrouver ou reconstituer une histoire grâce au capital génétique des individus. Ces indices biologiques sont propres à chaque personne, et donc de manière incontestable, elle permet d’identifier la présence d’une personne dans un lieu précis bien défini.
Les traces, qu’elles soient des empreintes digitales, des empreintes de chaussures, de pneus, des morsures, des coups, des lésions, coupures,… sont aussi des éléments qui doivent être analysées de manière rigoureuse et pointue, tant du point de vue dimensionnel que des formes et réactions environnantes.
La balistique est une science moderne qui permet aussi de donner de nombreux indices et permettre de conclure facilement. La balistique est une science qui permet d’étudier le lancement d’un corps ou d’un objet lancé dans l’espace.
L’image et le son permettent aussi de donner des indices de manière indiscutable, avec des pièces enregistrées et analysées pour à la fois démontrer leur authenticité et aussi argumenter un délit criminel ou non. Des analyseurs informatiques permettent d’apprécier tous ces éléments, et leur précision reste sans commune mesure par rapport à une impression ou un jugement hâtif. Il s’agit de faits prouvés, de pièces à conviction,…

De vieilles affaires élucidées

Avec toutes ces techniques, des affaires passées peuvent obtenir enfin un dénouement, et d’autres peuvent revenir sur le devant de la scène pour une erreur de jugement. Et certaines affaires peuvent encore rester avec un doute, comme l’affaire Dreyfus. Il reste encore du chemin pour la police scientifique.