Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

La protection des billets de banque n’est pas qu’une affaire de lutte armée. Des technologies de pointe (chimiques, matérielles, informatiques, …) sont en effet développées en amont pour mettre en place des systèmes de prévention du vol efficaces.


De l'encre pour lutter efficacement contre le vol de billets
La neutralisation des billets : la technologie au service de la dissuasion

Les systèmes de neutralisation des billets de banque en cas de vol sont l’une des innovations principales de ces dernières décennies en matière de prévention des braquages. Le principe repose sur l’idée que si les billets sont détruits au cours du vol, ils n’ont plus d’intérêt pour les malfaiteurs. C’est une entreprise française, Oberthur Cash Protection, qui a été parmi les premières au monde à avoir développé des prototypes au début des années 80.

Le procédé consiste à équiper le conteneur de billets (valise pour le transport de fonds au départ, mais Oberthur Cash Protection propose désormais également des cassettes équipant les DAB ou des machines destinées aux banques et commerçants) d’un système qui libèrera automatiquement une encre indélébile en cas d’attaque ou de vol. Concentrés de technologies (caractéristiques de l’encre, capteurs, programmation des tournées…), ces valises intelligentes ont fait d’Oberthur Cash Protection le leader sur son marché : 60 000 conteneurs fabriqués par l’entreprise sont utilisés dans le monde. D’autres technologies existent ou ont été testées pour neutraliser les billets (implosion des conteneurs, perforation des billets…), mais la solution de l’encre est à ce jour la plus utilisée, et considérée comme la plus efficace.

La protection physique des lieux de stockage

La prévention des vols passe aussi traditionnellement par le renforcement de la sécurité physique des lieux de stockage des billets. La recherche et les innovations technologiques se concentrent notamment sur les matériaux. Dans le cas des fourgons blindés par exemple, il faut pouvoir proposer des matériaux très résistants, mais suffisamment légers pour que le véhicule reste maniable. Le fourgon blindé Mercedes-Benz Vario 815D, qui équipe de nombreux transporteurs (Brink’s, Loomis…), est ainsi équipé de matériaux de haute technologie au niveau de la carrosserie, mais aussi des vitres et des pneus. Ils font l’objet d’une recherche avancée, et permanente.

La problématique des matériaux concerne aussi les fabricants de coffres-forts et chambres fortes. Fichet-Bauche, entreprise française leader international sur ce marché, a pour sa part mis au point un matériau nommé Prytanox, léger mais résistant au feu et aux effractions, qui équipe sa gamme de coffres-forts.

Dans les centres forts, ces lieux ultra-sécurisés où sont triés les billets et approvisionnés les fourgons, les technologies déployées – dont les détails restent très confidentiels – couvrent des domaines aussi divers que perfectionnés : détecteurs de vibrations, caméras, capteurs infrarouge pour repérer les chaleurs anormales…

La sécurisation de l’ensemble de la chaîne de transport : enjeu organisationnel… et technologique

Les technologies sont aussi utilisées pour permettre la réduction du nombre de manipulations et d’interventions humaines sur la chaîne de transport du billet, et donc limiter les points de vulnérabilité. C’est en effet un axe important de la modernisation du transport de fonds, qui guide notamment la Banque de France dans le cadre de la construction de centres forts de nouvelle génération (1).

Les procédures organisationnelles, informatiques, mais aussi les équipements, sont donc désormais de plus en plus conçus dans cette optique. Les systèmes de maculage par encre de la filiale d’Oberthur Fiduciaire intègrent totalement cette dimension du « bout en bout », que cela soit avec les offres à destination des commerçants, les valises de transport ou les cassettes pour DAB. Dans ce dernier cas, les cassettes sont conçues pour pouvoir être chargées dès le centre fort, et intégrées en bout de chaîne dans les DAB. Le maculage se déclenchera en cas d’anomalie, à n’importe quel niveau, sans intervention humaine : la chaîne entière, du centre fort aux mains du consommateur, est ainsi protégée.

C’est aussi pour minimiser les risques liés aux manipulations à découvert que se développent des offres à destination des commerçants, victimes eux aussi de braquages parfois violents. La Brink’s propose ainsi un automate Compusafe, dans lequel les commerçants insèrent directement leurs billets, dès lors intégrés dans une cassette sécurisée et sous la responsabilité du transporteur. Le groupe Wincor Nixdorf commercialise également une caisse, Cinéo, qui peut être directement reliée à un collecteur sur le point de vente, supprimant ainsi toute nécessité de manipulation des billets sur ce dernier.

L’apport des TIC

Et bien sûr, les technologies de prévention contre le vol des billets tirent parti des TIC. Ainsi les fourgons blindés sont équipés de systèmes de GPS et de géolocalisation –c’est d’ailleurs obligatoire-, utilisés également, comme chez Loomis, pour optimiser les tournées en termes de sécurité. Autre exemple, le Compusafe de la Brink’s est enrichi de fonctionnalités liées aux possibilités de communication réseau avec les banques, afin que la trésorerie des clients puisse être directement créditée sur leurs comptes. Quant aux valises intelligentes d’Oberthur Cash Protection, elles permettent de sécuriser le transport des fonds de bout en bout grâce à la programmation en amont d’une carte à puce intégrée à la valise et contenant les caractéristiques de l’itinéraire (trajet, timing), qui peut ensuite être suivi et contrôlé en temps réel – pour éventuel déclenchement du maculage en cas d’irrégularité.
La recherche et développement restent plus que jamais au cœur du secteur de la prévention du vol de billets. En y investissant massivement, les entreprises parviennent à proposer des solutions toujours plus perfectionnées, source d’amélioration de la sécurité des billets, mais aussi des personnes qui les manipulent. Reste à les déployer efficacement, pour parvenir à lutter le mieux possible, en amont, contre les agressions armées…
  1. http://www.publi-news.fr/fr/component/k2/item/15557-la-bdf-coordonne-ses-futurs-centres-forts-avec-l%27informatisation-fiduciaire-interop