Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

C’est peut-être ainsi qu’on devrait entendre et traduire les fortes ambitions de cette toute jeune structure née il y a à peine 3 ans. Evoluant dans le domaine de l’impression 3D et branches annexes, Prismadd souhaiterait devenir dans les toutes prochaines années, l’un des leaders en France du secteur plus précisément pour le domaine de l’aéronautique. C’est en effet ce dernier qui lui a permis, en octobre 2015, de remporter un premier marché qui lui a été confié par le géant européen de l’aéronautique Airbus.


Prismadd : un avenir en grand dans l’impression 3D
Une……et deux commandes déjà

Pour la toute jeune entreprise qui a vu le jour à Montauban dans le département du Tarn-et-Garonne, l’aventure dans le domaine de l’impression 3D appliquée au secteur de l’aéronautique n’aurait pas pu mieux démarrer. En effet, après un premier contrat passé avec Airbus en 2015, dont les premières livraisons devraient se faire d’ici le terme de cette année, une seconde entente les lie à nouveau dans le cadre de leur jeune partenariat. Pour rappel, Prismadd évolue dans le cadre de la production des pièces pour les structures secondaires destinées à ce secteur. Le précédent contrat et l’actuel, portent tous deux sur la livraison de pièces en titane, qui devraient servir pour équiper les nouveaux avions de l’avionneur, l’Airbus A350.

Le second contrat spécifiquement lui sur des pièces de structure en inconel. La valeur des deux commandes est estimée à près de 6 millions d’euros. Pour le Président de cette structure, les premières livraisons pourraient intervenir d’ici la seconde moitié de l’année. Selon lui toujours, une base phase de l’impression de ces pièces serait déjà à un stade bien avancé. La société évolue désormais dans un contexte commun qui regroupe plusieurs acteurs du domaine de la sous-traitance aéronautique, en un groupe nommé We Are Aerospace. Néanmoins, ses ambitions de devenir le principal maître en France de l’impression demeurent intactes.
 

Un facteur de croissance et d’internationalisation

Les entreprises jadis distinctes qui forment aujourd’hui We Are Aerospace ont ensemble des ambitions très élargies. On peut citer d’entre elles l’entreprise Farella, Usineurs Chatal, Espace, Armor Meca et bien sûr Prismadd. Ensemble, l’idée est de parvenir à un chiffre d’affaires qui avoisinerait les 300 millions d’euros sous peu. En plus de ces ambitions financières, le Groupe souhaiterait bien plus que tout s’étendre davantage, et aller jusqu’à accroitre fortement son développement sur la scène internationale. A noter qu’à l’heure actuelle, We Are Aerospace compte 15 sites de production, pour environ 1.300 salariés.

A la longue, l’idée serait de proposer une plus grande offre aux constructeurs aéronautiques. Après s’être implanté au Japon via un nouveau site de production, Prismadd envisage aujourd’hui se tourner vers la Chine ou encore le Canada pour étendre son empire. On peut retenir dans ce registre un dessein d’évoluer dans les domaines du traitement de peinture, de tôlerie légère et fine, mais également de fabrications additives et bien d’autres encore. Ce qu’il faudrait noter également, c’est la présence de certains autres Groupes internationaux du domaine dans la liste des clients du groupement des sous-traitants. On rencontre entre autre Thales Alenia Space, Dassault Aviation, ou encore Pratt & Whitney.
 

Cité dans cet article: : aéronautique impression 3D Prismadd