Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Sous la direction du sociologue Michel Wieviorka, un collectif d'auteurs a enquêté pendant 3 ans sur les réalités complexes du monde du travail aujourd'hui. Peut-on encore être heureux au travail ?


Que veut dire travailler au XXIème siècle ?
Le livre récemment publié et intitulé "Travailler au XXIème siècle. Des salariés en quête de reconnaissance" est le résultat de trois ans d'enquête et d'entretiens avec des salariés, des syndicalistes et des cadres dirigeants. Les auteurs ont voulu explorer la réalité complexe du monde de l'entreprise aujourd'hui en France et montrer les vertus de la reconnaissance au travail. Les auteurs se posent notamment la question de savoir si le travail est aujourd'hui un instrument d'aliénation ou de progrès, dans un contexte de crise, de chômage de masse, de pénibilité et de perte de sens du travail.
 
En donnant la parole aux salariés, le livre permet de mettre en perspective le concept classique de reconnaissance au travail et tente de répondre à la question suivante : Comment le travail, au-delà de sa dimension lucrative, peut-il être source de prestige et de gratification personnelle ?

Une enquête récemment publiée et réalisée par TNE Sofres et Sodexo auprès de 801 dirigeants de PME montre que, dans le contexte des PME, la reconnaissance au travail est une dimension clé. Cette reconnaissance permet  notamment de constater une amélioration du recrutement pour 42% des PME, de la productivité pour 75% et du chiffre d'affaires pour 43%.
 
En octobre dernier, l’institut de sondage Ipsos a quant à lui réalisé une enquête auprès de jeunes de 18 à 35 ans pour l’entreprise Doing Good Doing Well (DGDW), spécialisée en responsabilité sociale. Les jeunes considèrent le travail et leur épanouissement comme essentiels dans leur développement personnel, mais remarquent que cela n’est possible qu’en obtenant la reconnaissance qui leur est due dans leur environnement professionnel. Et ils sont 51% à estimer qu'ils manquent de reconnaissance dans leur travail, seuls 37% d'entre eux se considérant justement récompensés.
 
Enfin, le dernier baromètre Santé et bien-être au travail réalisé par Malakoff Médéric démontre que la reconnaissance au travail est la première attente des salariés : 36% des personnes interrogées expriment des attentes précises et concrètes sur le sujet. A noter qu'un déséquilibre entre les efforts demandés au travail et la reconnaissance de ces efforts peut se traduire par une hausse des congés maladie, comme l'a montré une étude québécoise publiée dans la revue Occupational and Environmental Medicine en mars 2014.
 

Cité dans cet article: : sociologie travail travailler wieviorka