Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

L’alliance atypique, mais non moins porteuse entre le groupe japonais Nissan et les Français Renault continue de marcher sur les chapeaux de roues. C’est dans cette optique que les deux parties ont conclu un accord qui va porter à 5,5 milliards d'euros les synergies annuelles en 2018 tout en continuant à renforcer la convergence qui existe entre ces deux groupes. Ainsi, cette alliance sera étendue au contrôle de qualité et de coûts. De ce fait, les deux constructeurs avaient par ailleurs accéléré leur convergence en 2014 symbolisée par la création de quatre grandes fonctions communes, ingénierie, fabrication, achats et ressources humaines.


Renault-Nissan veut 5,5 milliards d'euros de synergies en 2018
Une synergie qui touche à d’autres domaines de cette alliance

Cette synergie prévoit le rapprochement partiel de leurs activités dans le secteur de la qualité des deux groupes, ainsi que du contrôle des coûts, qui est rattaché à  la division des finances. De même, des opportunités similaires dans les ventes, le marketing, les services connectés, le planning produit et l'après-vente sont étudiées. Les synergies qui lient Renault à Nissan et qui permettent de mesurer l'avancement du rapprochement entre les deux groupes ont connu une forte augmentation en 2014 pour atteindre 3,8 milliards d'euros, contre 2,9 milliards en 2013, avec notamment l'arrivée de plateformes de véhicules communes et la multiplication des productions croisées. C’est dans ce contexte que le PDG Carlos Ghosn a déclaré dans un communiqué rendu public lors d'une convention de deux jours des cadres de l'alliance que  "Le secteur automobile évolue rapidement, réclamant de Renault et de Nissan, qu'elles utilisent l'alliance comme un outil économique pragmatique ».
 

Les deux parties prêtes à aller plus loin dans les synergies

L’alliance entre Renault et Nissan ne compte pas s’arrêter sur les synergies et les investissements. Allant dans ce sens, Le PDG estime que  "Le chemin devant nous c'est: plus de convergence, travailler ensemble de manière plus étroite." En effet, il est important que les synergies entre Renault et Nissan proviennent essentiellement de l’achat, et de la conception sans oublier la fabrication des véhicules, qui devraient avoir dépassé quatre milliards d'euros pour l’exercice de 2015, a ajouté Renault-Nissan. Pour l’exercice 2016, les ventes ont déjà commencé et selon les chiffres, elles ont déjà été estimées à cinq milliards d'euros par le PDG Carlos Ghosn. En effet, l’évolution constante du secteur de l’automobile et la concurrence qui devient de plus en plus rude entre les différents constructeurs doivent pousser les Japonais et les Français à aller encore plus loin. Ainsi, un dépassement est souhaitable et il urge alors de dépasser le cadre de l’économie, du marketing afin d’aller davantage vers une intégration qui va toucher l’échange de technologie entre ces deux grandes entités de l’automobile. Ainsi, les nouveaux projets qui viennent avec cette alliance seront présentés aux instances de représentation des salariés concernés ainsi  qu’aux organes de décision du groupe avant la fin mars et, s'ils sont approuvés, ils seront appliqués dès le 1er avril.