Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Les progrès dans le domaine du textile s’adaptent à une demande croissante et à une modification des matières premières. Et les usages des vêtements de demain peuvent réserver de belles surprises innovantes.


Evolution des matières brutes
Le XXe siècle fut marqué au niveau du textile
par les grandes planifications de production de coton. La catastrophe écologique est encore visible avec l’asséchement de la mer d’Aral en Ouzbékistan. De la même manière, la route de la soie chinoise symbolisait  une époque si prisée pour ce fil naturel jusqu’au milieu du XIIe siècle.
Aujourd’hui, les productions de coton ou de soie sont loin d’être arrêtes, mais de nouvelles origines ont fait leur apparition. C’est le cas des matières synthétiques à base de pétrole qui ont fait leur apparition dans les années 60. Et l’innovation à partir de nouvelles origines bat son plein. C’est le cas de l’IFTH (Institut Français du Textile et de l’Habillement), qui conçoit et pilote des projets de recherches de rupture. Des fils textiles sont par exemple mis au point à partir de composés chimiques. Le croisement des disciplines, ne manque pas pour innover, puisque la combinaison des biotechnologies, des technologies numériques de pointe, et même des nanotechnologies, s’avère tout à fait courante.

De nouvelles utilisations

L’évolution des textiles passe aujourd’hui par une nouvelle façon de concevoir l’habillement. Ce n’est plus en premier lieu une affaire de mode. Les usages sont nouveaux, avec des tissus techniques pour une utilisation professionnelle ou encore des éléments de confort et de soin. C’est le cas de l’entreprise Thuasne qui s’est spécialisée dans le textile de pointe à usage médical.
Autre utilisation tout à fait inattendue : le vêtement producteur d’électricité. En se déformant sur un corps, l’énergie pourrait être récupérée et utilisée. Un laboratoire de l’Université de Princeton travaille d’arrache-pied sur le sujet.
Le textile moléculaire fait ainsi son apparition. Les designers de l’industrie de l’habillement travaillent maintenant avec des chimistes, des physiciens, des atomiciens. Selon les utilisations, les spécialistes seront sollicités. L’IFTH travaille avec de nombreux industriels et notamment le secteur automobile qui peut être pris en exemple. Les sièges et autres éléments de finition de la voiture peuvent maintenant se voir doter de textiles composés très spécifiques. Et justement, sur les sièges, les coutures disparaissent peu à peu pour laisser place à des soudures.

Le couturier, un métier voué à disparaître ?

Il suffit d’entrer dans un magasin de sport pour constater que les vêtements techniques ne sont plus cousus. Les tissus non tissés ont fait leur apparition. L’origine de ces nouveaux tissus provient des technologies issues du plastique, comme on peut en trouver tant, que ce soit pour l’emballage ou pour un bien durable.
Adieu métiers à tisser et autres spécialistes de la couture pour assembler des pièces. Il est probable à terme que ces métiers soient portés par de nouvelles activités qui mériteront à terme une transformation. Pour le moment, le marché du textile technique croît de 5 à 7% par an et la part habillement ne représente qu’un tiers de sa production en France.
Révolution dans les vêtements de demain

Cité dans cet article: : industrie innovation performance R&D énergie