Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Le constructeur japonais Takata spécialisé dans la fabrication d’airbags traverse actuellement une énorme crise due à la qualité de ses équipements. Cette dernière pourrait très bientôt déboucher sur une procédure judiciaire la mettant en cause. Pour l’heure, des négociations seraient en cours afin de permettre à Key Safety Systems.


Scandale airbags : Takata au bord de la fermeture
Les faits de mise en cause

Le scandale qui ruine aujourd’hui l’image de Takata porte sur la qualité des airbags que le fabricant japonais commercialise. Ces derniers ont donné lieu à une amende qui lui a déjà couté plusieurs milliards de dollars. Tout ceci ne représente que le début d’une très longue procédure qui pourrait encore lui valoir un dépôt de bilan. Dès le début de la semaine prochaine, on en saura un peu plus de ce qu’il en sera aux USA et au Japon.

Selon de nombreuses sources très proches de ce dossier, Takata serait actuellement en pleine négociation pour tenter d’obtenir un financement auprès de Key Safety Systems qui lui permettrait de poursuivre ses activités. Les choses sont bien loin de se passer exactement comme le japonais le souhaiterait. Pour l’américain Key Safety Systems reprenne ses activités opérationnelles, il ne faudrait pas moins de 180 milliards de yens. La situation du japonais ne faciliterait pas un tel arrangement. Pour que cet accord soit trouvé, il faudrait au préalable que le dépôt de bilan soit affectif.
 

Des énormes dettes qui plombent ses finances

Depuis le début de cette année, le titre de Takata a déjà enregistré un recul de 43,5%. Mais les informations qui circulent au sujet de son prétendu dépôt de bilan ont directement entrainé la suspension de ce dernier. Après les supposés défauts dans ses airbags, la société a connu une perte, qui se traduit par une dette colossale de plus d’un milliard de yens, soit environ 9,02 milliards de dollars. Cette dernière était consécutive au rappel en usine des produits qui avait déjà été livré.

Ses produits ont conduit à pas moins de 16 décès et 180 blessures plus ou moins graves. En mai dernier, son bilan faisait état d’une troisième perte consécutive. Pour rappel, Takata produisait des airbags qui équipaient environ 19 constructeurs de véhicules. Les rappels de ses produits ont débuté depuis 2008, et se sont poursuivi jusqu’à ce jour et concernent plusieurs millions d’unités. Face à la justice américaine, le japonais a accepté de reconnaitre sa culpabilité contre une amende d’un milliard de dollars.
 
 

Cité dans cet article: : scandale airbags Takata