Le Progrès Technique

p-technique

L'essentiel de l'information industrielle du moment

Siemens vient de nouer une nouvelle alliance avec Gamesa pour renforcer encore plus sa présence dans le secteur éolien. Elle lui permet de dominer ce secteur en prenant de l’avance sur ces concurrents. De plus, ce partenariat leur permettrait d’étendre leur présence aussi bien en mer que sur terre car le problème lié à Adwen a été résolu.


Un grand coup de vent apporté au secteur éolien avec l’alliance Siemens et Gamesa
Une alliance qui permet de dominer le secteur éolien

Siemens géant de la haute technologie  vient de s’allier à Gamesa pour donner encore plus d’élan au secteur éolien. En effet, le groupe allemand s’engage à donner aux différents actionnaires de Gamesa un dividende qui correspondra à 1,04 milliard de dollars. Le versement se fera en cash. Ce qui permettra à Siemens de devenir propriétaire de cette entreprise espagnol.

Cette alliance permettra de mettre en place une entreprise commune qui interviendra dans l’éolien. Le nouvel acquéreur détiendra 59% des actions alors que  Gamesa lui aura 41%. Avec une capitalisation évaluée à 11 milliards d’euros et des commandes qui pourraient atteindre près de 20 milliards d’euros, cette nouvelle entreprise pourrait devenir leader mondial du secteur éolien. Ce qui relèguera Vestas au rang de seconde place.
 

Une présence sur mer et sur terre

Avec la santé financière qu’il annonce à la bourse, Gamesa offre à Siemens un parfait argument pour nouer un nouveau partenariat. A Madrid, son action passe de 5,96% à 18,12 euros. A Francfort, Siemens saute de 1,92% à  91,08 euros. La particularité de cette alliance se situe aussi au niveau du lieu où chacun intervient.

Siemens a une parfaite implantation dans l’éolien maritime. Cependant, ce secteur très prometteur ne lui réussit pas trop. Mais avec le savoir-faire de Gamessa les choses pourront évoluer favorablement. Ce dernier bénéficie d’un bon positionnement dans l’éolien terrestre notamment avec une forte présence en Amérique latine. La coordination découlant de cette association pourrait représenter une contribution qui avoisinerait 230 millions d’euros sur le résultat d’exploitation d’ici quatre ans.
 

Le problème Adwen réglé

L’évolution des négociations s’était heurtée pendant des mois un à problème : l’entreprise commune Adwen qui a été créée par Gamesa et  Areva. Ce dernier est un groupe français et 87% de ses actions sont détenues par l’Etat. Il a l’obligation de procéder à la vente de 100% d’Adwen ou de céder ses parts à Gamesa. D’ailleurs GE s’est positionné pour le rachat.

Une telle situation mettra la France sur la touche. En effet, il deviendrait délicat pour l’Etat français qui mène une campagne pour mettre sur place une filière industrielle complète et concurrentielle « énergies renouvelables » avec une forte présence industrielle sur le pays.

Il n’y a pas que la France qui est concernée par la situation d’Awden. Bruxelles s’est aussi impliqué dans ce dossier. L’autorité de la concurrence s’est aussi penchée sur la question du rachat de d’Awde par Gamesa propriété de Siemens. Si la situation reste intacte, ce groupe allemand occupera la première place sur le marché européen et devancerait ainsi GE et Vestas.
 

Cité dans cet article: : Gamesa secteur éolien Siemens énergie éolienne